Pages

jeudi 24 mars 2011

le dindon...24/03

LE REQUIN,LE VAUTOUR ET LE DINDON
de la farce...la municipalité


L'achat par la mairie des murs d'un commerce n'est pas une affaire privée dès lors que l'argent public est en jeu.
Les arguments avancés par M Blanc sont largement discutables, la situation financière "difficile" de ce commerce est à vérifier!!!
Le maire avance l'idée que la fermeture du commerce de presse et de jeux pénaliserait "lourdement " les habitants du quartier du Portrieux , il oublie que le commerçant n'est pas propriétaire de la distribution de la presse pas plus qu'il ne l'est du "loto" de la Française des jeux.
Ces deux activités pourraient sans problème trouver d'autres lieux de distribution dans ce quartier.
Il est maintenant évident que ce commerçant n'envisage pas son avenir dans ce quartier et dans notre ville.
Il a mis deux fers au feu pour récupérer son investissement aujourd'hui peu rentable.
Il s'est adressé au maire pour faire acheter les murs de son commerce par la municipalité.
Il a passé une annonce sur Internet dans le but de vendre son fonds.
Les travaux visant à séparer le commerce du logement réduiront à coup sûr la surface déjà réduite de cette boutique (52 m² ) , il y a, de plus, à faire des travaux pour rendre la boutique accessible aux handicapés, il faut enfin séparer la distribution de l'eau , de l'électricité par des compteurs différents.... Qui supportera le coût des ces travaux ?
Le maire affirme que l'annonce passée sur le site Internet "leboncoin.fr" date de l'année dernière, une question s'impose : pourquoi avoir affiché sur cette annonce le diagnostic de performance énergétique seulement obligatoire depuis le 1er janvier 2011?
La performance énergétique de la boutique est classée F sur une échelle allant de A à G, G signifiant energivore, l'évaluation de la quantité de gaz à effet de serre en raison de la consommation d'énergie est classée E sur une échelle allant de A à G, G représentant une forte émission de GES .
M le maire fixe un certain nombre de contraintes au commerçant dans le bail à venir , la seule alternative dont il ne fait jamais état est, de la part du marchand de journaux, le dépôt de bilan avec la cessation d'activité; que fera alors la municipalité de ces murs?
Nous habitons une petite ville en habitants et en surface, l'achat des murs est hasardeux et cette histoire de mitage a bon dos, nous n'en serions pas là si le dossier présenté au conseil municipal avait été mieux instruit, si l'adjoint au commerce G Brezellec, au lieu de se défiler, avait défendu sa conviction qu'il fallait reporter le vote et si les trois conseillers abstentionnistes avaient montré un peu plus de courage.
7 voix pour , 5 voix contre , 3 abstentions et 2 voix ne participant pas au vote , on n'est quand même loin de l'exercice serein de la démocratie .
Dans son programme, M le maire dénonçait la gestion municipale précédente menée à la petite semaine de façon solitaire , marquée par une allergie au dialogue, on est en plein dedans !!!
Où ira votre entêtement , mesdames et messieurs les élus porteurs de ce choix singulier et risqué?

JOUNENT michel




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire