Pages

mardi 1 avril 2014

vive le bénévolat??? 1/04/2014

MES DIX NEUF MOIS AU CONSEIL MUNICIPAL...

Ils resteront avant tout pour  moi la découverte d'un personnel administratif dévoué et compétent.
Ils m'ont aussi frappé par  la versatilité  des élus; hier, certains encensaient le maire et puis, par  une révolution interne et  personnelle, ils l'ont voué aux gémonies.
Il est sûr et certain que  M Blanc est  un personnage hors du commun; il en a roulé plus  d'un dans la farine en voulant s'accrocher à tout prix à son siège de  maire.
Avant que  je ne sois élu, il a usé  de 5 directeurs des services  et je  n 'y suis  pour rien; cela a eu  un coût important  pour le contribuable Quinocéen.
Il a multiplié ou subi pas mal  de  procès.
Sept élus ont démissionné, ce qui a provoqué une élection complémentaire généreusement accordée par le Préfet des Côtes d'Armor, le tiers  nécessaire , pour recourir à cette  élection  n 'étant pas réalisé (  sept  n'est pas  le tiers de  23 ).
Au soir de  mon élection, un blog concurrent (la LEQ )  à rapporté mon résultat et celui de mes colistiers au nombre des  inscrits; donc,  je  n'ai rien inventé en parlant du score du nouveau maire.
Tout autre maire aussi désavoué par le corps électoral aurait démissionné, tout autre maire se retrouvant devant une  opposition majoritaire (17 élus sur  23  ) aurait rendu son écharpe.
M Blanc nous a fait la relecture  des Horaces et des Curiaces, il a  divisé ses adversaires au conseil pour mieux les discréditer et à la fin de  la  partie, il a  tué d'une façon métaphorique celle qui fut sa "sœur"  et meilleure supportrice pendant ces 72 mois  de gestion municipale chaotique, Mme l'adjointe à la culture.
En six ans,  des  investissements  importants  ont été réalisés dont le cinéma à un coût toujours  inconnu et toujours pas complètement réceptionné; le dernier avenant des travaux  de la société la  plus  importante  de travaux  publics  pour la restructuration n'est  toujours pas voté 30 mois après son ouverture.
Après avoir  bataillé en vain pour faire avancer la démocratie  locale, "même si elle a tort, la  majorité à toujours raison, c'est la loi d'Airain d'un système démocratique", je m'honore d'avoir collectivement participé au sauvetage et au maintien du Minigolf "si cher" aux Quinocéens".
J'ai, dès le  lendemain de mon élection, essayé  de trouver avec d'autres élus   une solution médiane  pour que les travaux commencés dans  le quartier du Casino  ne se transforment pas en gouffre financier.
J'ai voté, à la demande du maire, l'abandon des avances  remboursables, cadeau empoisonné laissé par les maires des  précédentes mandatures dont le  promoteur du port, M Héry.
(avances remboursables de 2 435 885.37 € ...transformées en subvention définitive.)
J'ai suivi par dessus  l'épaule de G Brezellec l'avancement du dossier de la base de maintenance des éoliennes marines, cette affaire est restée étrangère aux élus Quinocéens, le maire en tête.
J'ai voté tous les travaux   présentés par le maire; les tourne à gauche des  Prés-Mario,  la place Saint Roch, la place Sainte Anne, un nouvel éclairage public dans nombre de rues avec l'enfouissement des réseaux aériens qui permet  d'ores et déjà le passage de  la fibre  optique sans défoncer  à nouveau les chaussées, la réhabilitation du  dessus des  plages de  la Comtesse, du Casino, de  le grève de  l'Isnain, du ré-ensablement du port d'échouage après de sévères tempêtes, de la remise en état du dessus de la plage du Châtelet,la réhabilitation des pistes du minigolf, la reconstruction du préau du parc de la Duchesse Anne, l'emmarchement rénové du R de C du Centre des Congrès avec une rampe d'accès aux  personnes à mobilité réduite , la réparation conséquente du vieux gréement "le Saint Quay "et dernièrement   la transformation des aires de jeux  pour enfants.
J'ai prononcé une demi douzaine de mariages dont un mariage pour tous que le maire ne voulait pas faire.
Après dix huit mois au conseil, j'attends  le quidam qui niera la  réalité de  mon activité d'élu.
Devant l'adversité à jouer mon rôle d'adjoint et la difficulté à obtenir des informations  normalement dues à un élu, je ne garderai pas un souvenir impérissable  de mon bénévolat à servir les autres.
Quant à mon blog , sa fréquentation , son audience est un réel succès.
Le style de mes posts, le ton  polémique, sarcastique a  plu à beaucoup et en a contrit quelques uns.
J'ai eu des commentateurs assidus et aussi des courageux anonymes.
Dans  les assidus, je  mettrai en tête  le dévot du maire M Bruhat;  il aime tellement Saint Quay  qu'il réside ailleurs et surtout il a résilié son inscription  sur la  liste  électorale; son aveuglement d'un autre temps  finira  par passer et il faut vraiment s'ennuyer sous le soleil méridional pour me  lire avec autant d'assiduité .
Idem pour M Picolet; il réside ailleurs au milieu des champs de blé, vote ailleurs et ne connaît la vie à Saint Quay que par  oui dire.
Il se réclame d'une expérience élective il a pris une raclée aux élections  municipales en  2008.
Quant au troisième, M Rault, qu'il fasse comme moi; je ne lis pas toute la  presse, j'ai même le culot de sélectionner mes  lectures.
Mon blog n'est pas  objectif, c'est le  moteur de son succès et, en  plus, à l'inverse de mes détracteurs,  je  n'ai pas  comme eux la vérité  infuse.
Mon blog est un blog d'humeur et d'humour, bien incompréhensible je  l'imagine  pour les tartuffes  locaux.
Pour terminer, j'ai encore envie de dire deux mots sur mon différent judiciaire avec M Blanc.
Le maire s' est estimé diffamé, suite  à la  parution d'un article sur mon blog, de Michel Rocfort.
Je ne suis en l'occurrence que l'hébergeur de ce post; c'est en toute connaissance de cause que j'ai publié son article.
Je  partage toujours  le fond de cet article , la forme, c'est autre chose.
M Rocfort est un Quinocéen de souche, il connaît bien l'Histoire de la ville.
C'est aussi un haut fonctionnaire, universitaire bardé de  diplômes et en  particulier diplômé de sciences-po Paris.
En ne s'attaquant en justice uniquement à mon encontre, par ses conséquences financières  et morales, M Blanc m' a écarté de  la vie  politique  locale.
L'usage veut qu'en cas de contestation d'un article, on attaque en justice l'auteur de  l'article et le directeur de  la  publication.
17 mois  après  le dépôt de  la  plainte,  l'affaire  est bien loin d'être clause et surtout pas à l'avantage de M Blanc.


JOUNENT Michel lanceur d'alerte auto proclamé ou pas??? Seul le résultat définira mon titre.

NB : Sur mon blog  ,je ne censure  pas ...je  modère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire