Pages

jeudi 6 juin 2019

6 juin 1944, le 6 juin 2019



IL Y AURA 79 ANS,
le Général De Gaulle faisait son appel du 18 juin, celui de résister à l'envahisseur et à le chasser du pays.
Dès la fin de l'année 1941, les soviétiques demandaient l'ouverture  d'un second front aux alliés occidentaux  afin de les soulager dans les combats les opposants à la gigantesque et terrible  machine de guerre allemande.
C'est seulement  après les revers alors inimaginables des armées nazis sur le front est  et les victoires capitales de Moscou, de Stalingrad , de Koursk et de Leningrad  suivis de  l'avance irrésistible de l'armée rouge avec des pertes humaines considérables que  l'idée de réaliser un  second front pris corps.
A propos  du débarquement du  6 juin  1944 sur les côtes normandes , le Général De Gaulle déclara sans ambages 
"La France  a été traitée comme un paillasson".
Pour mémoire le Général aux responsabilités ou sans , il n'a jamais participé aux cérémonies de Normandie. 
A juste titre,  il n'a jamais accepté d'être maltraité par Churchill "le 4 juin  1944, Churchill m'a convoqué d'Alger  à Londres puis  Churchill m'a fait venir dans un train  où il avait son quartier général, comme un châtelain sonne son maître d'hôtel.
Churchill m'a alors annoncé le débarquement  sans qu'aucune  unité française ait été prévue  pour y participer.
Nous nous sommes affrontés rudement, moi Général, je lui ai  reproché  de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne.
Churchill  a crié au général de toute la force de ses poumons ; 
De Gaulle, dites -vous bien  quand j'aurai à choisir entre vous et Roosevelt, je préférai toujours Roosevelt.
Et d'affirmer quand nous aurons à choisir entre les français et les américains, nous préférerons toujours les américains .
Quand nous  aurons  à choisir  entre le continent et le grand large, nous choisirons toujours le grand large".
Ce point de vue du dirigeant britannique en 1944 à la lumière  de ce qui se passe actuellement en  2019 avec le Brexit  semblait  il y a  75 ans  prémonitoire et aujourd'hui c'est d'une actualité brûlante.
Dans  le livre de Roger Peyrefitte "C'était de Gaulle  publié en  1994"ou j'ai retrouvé  ces anecdotes montrant la relation difficile entre de Gaulle et les alliés occidentaux, le représentant de la France libre  soulignait que 
"le débarquement du 6 juin, ç'a été l'affaire  des Anglos-Saxons, d'où la France  a été exclue".
De plus  ces deux forces  militaires étaient bien décidés  à s'installer en France  comme en territoire ennemi.
Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s'apprêtaient à le faire  en Allemagne.
Ils avaient préparé leur AMGOT (Allied Military Governement for Occupied Territotries ) qui devait gouverner souverainement la France  à mesure de l'avance des armées .
Pour ce conduire en pays conquis  l'AMGOT avait déjà imprimé sa fausse monnaie.
Une question   qui taraude toujours les normands en  2019, était-il nécessaire compte tenu de l'état des forces nazis moins d'une année avant la fin de la guerre  de détruire par bombardements aériens  les villes du havre , de Rouen, de Caen,  de Bayeux etc  et de tuer tant de civils.
JOUNENT Michel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire