Pages

mardi 15 avril 2014

C'est le temps de prendre du temps 15/04/2014

DÉPENSES COMMUNALES...
Faut-il encore rappeler les paroles du chef de  l'Etat qui, à plusieurs reprises, a confirmé que des  efforts financiers  seront demandés aux collectivités locales.
Faut-il encore rappeler que  la Dotation globale de fonctionnement sera  réduite  pour les années à venir.
Est-ce bien utile de souligner que la reconstruction de  l'usine d'épuration des eaux usées va engloutir pendant cette  nouvelle  mandature une très grosse partie des  possibilités financières d'investissement de notre commune.
Le projet de  la nouvelle  municipalité de revoir de fond en comble  le quartier du Portrieux avec son jardin du quai de  la République, ses venelles  et sa  promenade en bord de  plage  allant de l'aire de carénage à l'esplanade du  nouveau port en passant par le quai Richet sera, si la réalisation  se fait, un investissement très  lourd.
Alors, sans regarder  par le  petit bout de  la  lorgnette,  constater, en  lisant l'ordre du jour du conseil municipal du  16 avril  que quatre conseillers délégués seront indemnisés en plus du maire et de ses  6 adjoints n'est pas forcément le signe de  la compréhension qu'il va falloir faire des économies.
Quant à la création d'un emploi permanent  chargé de la communication , il semble que,  malgré la  présence d'un conseiller municipal de la liste sortante, aujourd'hui 6ème adjoint, la leçon ne soit pas tirée  sur les conséquences d'un tel recrutement.
En  juin 2008, cette embauche d'un expert en communication avait non seulement grevé lourdement le budget de fonctionnement mais avait   jeté par sa  présence de sérieuses interrogations  sur sa nécessité pour une ville de  3000 habitants.
La  part du fonctionnement  dans  le budget communal est excessive; demain, la  mise en  oeuvre  de la réforme des rythmes scolaires (écoles  publiques et privées) va encore "charger la barque".
C'est bien  de montrer  d'emblée la différence avec les sortants mais  la  précipitation à oublier qu'il faut,  pour mieux gérer une commune;  dépenser moins, est  surprenant voire étonnant.

JOUNENT Michel. 
Commentaire de Mme Carmen:
Quelques précisions.....
Le Chargé de Communication embauché au titre de CADRE A!!  à peine l'équipe de Blanc en place, et ce sur les recommandations d'Isabelle Quéré....... n'a pas été "remercié" par la nouvelle équipe..... Son contrat se terminait à la fin du mandat de M.Blanc. Il n'a pas été renouvelé tout simplement! 
Commentaire de M Bruhat Bernard:
Je suis d'accord avec vous. Indemniser 11 personnes ( maire + adjoints + conseillers ) est difficile à comprendre et à admettre par les temps qui courent où le mot d'ordre est à l'économie dans toutes les strates.
Cela pourrait signifier que les gens se font élire pour arrondir leurs fins de mois sur le dos du contribuable, ce qui n'est pas convenable dans une ville de 3.500 habitants. Espérons que cette proposition sera rejetée au titre de la responsabilité. 
Commentaire de M Forest Jean Michel:
Où donc est passé l'intégrité d'un Général de Gaulle qui avait à cœur de payer sur ses propres deniers ses notes d’électricité lorsque la République le logeait dans un de ses immeubles ?

lundi 14 avril 2014

C'est le temps de comparer.. 14/04/2014


REGARD CRITIQUE SUR
LES DERNIÈRES MUNICIPALES...
En examinant  les  données essentielles des cinq dernières élections municipales, celles de  1989, 1995, 2001, 2008 et 2014, il saute aux yeux plusieurs évidences.
C'est la  première fois  depuis des  lustres??? que M Le maire de Saint Quay Portrieux n'est pas élu dès le premier tour.
Entre  1989 et 2014, 375 nouveaux électeurs se sont inscrits sur la liste électorale.
Entre  l'élection de  1989 et celle de  2014, il y a seulement deux suffrages exprimés supplémentaires.
Le nombre de cinq listes  semble avoir découragé  l'électeur Quinocéen d'accomplir son devoir électoral, c'est affligeant!!!
En 1989 et 1995, la présence d'une seule  liste à  l’élection municipale  conduisait automatiquement à un seul tour.
Il suffisait pour cela de réunir au moins le quart des électeurs  inscrits.
Enfin, le dernier scrutin a  malheureusement été marqué par l'abstention; un Quinocéen sur trois en âge de voter a préféré rester  sur son quant à soi... Pourquoi ???

Insolite,  des  lecteurs de  mon blog, en accord ou non avec  mes écrits, me remercient de les tenir  informé  sur l'activité des nouveaux  élus; c'est vrai qu'ils cherchent vainement de l'information sur les sites  officiels de la commune.

JOUNENT Michel .

dimanche 13 avril 2014

C'est le temps de faire des économies 13/04/2014

AU PROCHAIN CONSEIL MUNICIPAL,
les élus fixeront le  montant des indemnités des fonctions d'élus.
A ce propos, il n'est pas interdit de rappeler que  les fonctions de  maire, d'adjoint et de conseiller municipal sont gratuites (article L 2123-17 du code général des collectivités  territoriales) mais donnent lieu à  des versements d'indemnités de fonction, destinés à compenser les frais courants inhérents à leur  mandat.
Le conseil déterminera librement le  montant des  indemnités allouées dans  la  limite du taux maximal en pourcentage de l'indice brut 1015.
Les indemnités de fonction font l'objet  d'une retenue  à la source libératoire de  l'impôt sur le revenu.
Pendant la dernière mandature , le budget accordé pour indemniser les élus a beaucoup varié.
Au début du mandat, le  maire et six adjoints étaient indemnisés pour une  somme annuelle tournant autour de  90 000 €.
Le maire, ensuite, a retiré  des délégations et a vu à son tour  perdre la  moitié de ses  indemnités suite à une délibération du conseil municipal.
A partir de septembre 2012, le maire sortant était le seul du conseil à recevoir des  indemnités.
On peut dire sans flatterie et surtout si l'on rapporte cela aux  investissements réalisés, que  les élus en activité entre  2008 et  2014 l'ont fait dans l'esprit de la fonction d'élu de la République... gratuitement .
Depuis  les élections municipales de 2014, beaucoup d'élus en France, maires, adjoints et conseillers délégués, nouveaux ou confortés dans  leurs responsabilités   revoient à la baisse leurs indemnités.
Il n'échappe  à personne  que  la sévère crise économique  qui touche notre  pays perdure, que  la crise de  défiance  à l'écart des hommes et femmes  politiques se  prolonge; en témoigne le grand nombre d'inscrits  sur les  listes électorales qui ont volontairement  refusé d'accomplir leur devoir de citoyen.
A Saint Quay, parmi les  nouveaux élus, plusieurs sont  retraités, d'autres encore en activité  et n'attendent pas après des  indemnités pour faire leur  fin de mois.
Ce qui  anime, je  l'imagine, ce nouveau conseil est de servir avec élévation  leurs concitoyens  et non pas d'obtenir un supplément de revenu.
Cela aurait de "la gueule " d'entendre et de  lire  que  l'équipe menée par le nouveau maire  réduit les dépenses de fonctionnement  en contractant sensiblement  le poste "indemnités aux élus".


JOUNENT Michel, ex-adjoint qui durant 19 mois a oeuvré gratuitement au service des Quinocéens.

vendredi 11 avril 2014

un "Saint Quay" tout neuf!!! 11/04/2014


LE VIEUX GREEMENT   "Le SAINT QUAY "
qui porte  les couleurs de la commune  sera de nouveau en activité à la fin du mois.
Pendant trois mois au chantier  "Charpente marine du Légué", l'ancien langoustier a subi une cure de jeunesse avec  la rénovation du pont, de  la coque et des aménagements intérieurs.
Les  mois d'incompréhension entre le conseil municipal sortant  et l'association gérant le vieux gréement sont oubliés.
SNSQP, comme  lui suggérait  la commission  des élus chargée du sport, a suscité un large bénévolat  pour parfaire, en complément des  professionnels du chantier du Légué, les travaux  d'aménagement.
Autour de  1 300 heures de travail ont été données par ces bénévoles.
Il n'est pas  inutile de rappeler que  le conseil  municipal avait voté et choisi en  novembre 2013 un chantier  de rénovation du voilier (58 685.75 € HT ) pour que son activité à servir l'image de  la commune soit encore  meilleure. 
Il est dommage que  sur ce sujet le blog et le site de  la  municipalité soient muets sur cette  belle  opération.
Le "Saint Quay" dans  l'attente de son réarmement au port du Légué.

Qui aujourd'hui à la  mairie, depuis  le départ du directeur de la communication,  nous rapporte l'activité des nouveaux élus   et de la  municipalité???

JOUNENT Michel.

Commentaire de M Le Dantec Gildas:
Vous soulignez à juste titre l'absence de communication sur la nouvelle équipe municipale en place : rien sur le site ni sur le blog de la mairie de Saint-Quay-Portrieux. Il y a bien un nouveau maire pourtant ?
Nos voisins sont plus communicants : les noms des nouveaux élus sont en ligne depuis plusieurs jours sur les sites de villes de Tréveneuc, Plourhan et Etables sur Mer.
Il est vrai qu'à Saint-Quay-Portrieux, le directeur de la communication a été “remercié” dès le lendemain de l'élection. 

Commentaire d'Alain Proviste:
Et pourtant , il y a deux spécialistes de la communication web dans cette équipe nouvelle.....

jeudi 10 avril 2014

du balai 10/04/2014

SORTEZ LES SORTANTS!!!


Tel est le sort des maires se représentant pour un second mandat à Saint Quay Portrieux...
Pour cela, il est notoire que  l'électeur Quinocéen juge plus  la  personnalité du maire sortant que le bilan de son mandat.
Il est notoire aussi de constater la versatilité de  l'électorat, il assez facile de vérifier que la  majorité qui porte un nouveau maire aux responsabilités communales est sensiblement la  même que celle qui avait fait élire  le  maire sortant 6 ans auparavant.
Depuis trois mandats, les Quinocéens élisent une  personne venue d'ailleurs; mieux, dans  l'histoire de la commune,  cela semble être une tradition à Saint Quay.
En revisitant les six années du dernier  mandat, une idée domine; celle de tous les paradoxes.
D'un côté, de nombreux investissements et de l'autre, un conseil municipal en proie à des dissensions graves par la faute d'un premier magistrat ignorant les règles de  la démocratie.
Une commune  ne se gère pas comme une entreprise.
Une commune, c'est le premier échelon  de la vie démocratique de notre pays; c'est pourquoi, dans leur grande sagesse, les législateurs ont pourvu la commune d'un certain nombre de conseillers municipaux pour exercer une direction collective.
Ces conseillers représentent les différentes sensibilités de pensée  et de  leurs travaux  doit émerger  normalement le  meilleur pour les populations  de qui ils détiennent leur responsabilité.
Rien à voir avec une entreprise privée, dirigée par une ou des personnes détenant le capital de  l'entreprise  et n'ayant d'autres buts  que de valoriser leur apport financier.
Une collectivité territoriale n'a pas ce but; elle sert au mieux le  plus grand nombre et elle exerce dans la mesure du possible le  meilleur usage des deniers  publics.
Une entreprise privée  peut cesser son activité faute de rentabilité, voire de  perte financière  et plus,  à cause d'une gestion conduisant à la faillite.
Un municipalité ne cesse jamais son activité; elle  peut  être mise sous tutelle et pour une mauvaise gestion  doit envisager obligatoirement la hausse des  impôts.
Les 30 conseillers municipaux qui ont participé à la vie  municipale de 2008 à 2014 ont été confrontés à des  problèmes inédits  et  difficiles à dépasser.
Que ce soit le maire ou ses opposants, tous ont vécu l'infernal dilemme de  servir la population ou de  bloquer la vie  de la commune .
Compte tenu du refus du premier magistrat de se  plier aux règles élémentaires de  la démocratie, le conseil municipal est devenu le tohu-bohu que les Quinocéens  ont connu et, compte tenu  des délégations accordées au maire au lendemain de son élection,  on peut dire qu'il a gagné cette partie de bras de fer.
Victoire  à la Pyrrhus puisque  les Quinocéens  l'ont renvoyé sans ménagement dans ses foyers.
Le Quinocéen n 'a pas aimé  la  mauvaise  réputation faite à sa ville.
La confusion entre  le  rôle du maire et la grande  majorité des élus  durant ces six années appelées "Autrement" , n'est pas fondée.
On ne  peut pas  demander à un élu  d'être seulement une machine à enregistrer  les décisions prises par une  petite coterie.
On ne  peut pas demander à un élu d'être fidèle  à un soi-disant contrat  de mandature quand le  premier magistrat, une fois élu, tourne le dos  à sa  parole  première, celle d'organiser la vie  du conseil d'une  manière collective.
Au début  de chaque  mandature , on entend toujours le  même discours:
"On est une équipe unie , les  compétences sont là, les conseillers sont décidés  à se  mettre au travail immédiatement", au début tout est beau.
Mais  voilà,  les hommes et les femmes  sont ce qu'ils sont, ils finissent par se découvrir, les rivalités s'opèrent, les frustrations se forment et les  incompréhensions  prennent le  pas.
Élu pour six ans, le  conseil municipal actuel connaîtra comme  les conseils  précédents  bien des aléas, c'est la  loi du genre.


JOUNENT Michel, chroniqueur ayant bon pied bon œil.

lundi 7 avril 2014

tondeuses écologiques 7/04/2014




LA   NOUVELLE MUNICIPALITÉ PART 
D' UN BON PIED.
chameaux et lamas en visite  à kertugal

Finies les tondeuses  bruyantes et  pétaradantes pour tondre  les espaces verts communaux.
Finie l'idée "sotte et grenue" d'employer des  produits chimiques  pour chasser  les  mauvaises herbes (c'est interdit par l'article  ??? du code  des collectivités).
Finie l'huile de coude pour dégager  les trottoirs des  herbes folles  et des  plantes  venues d'ailleurs par la  malice du vent. 
Fini de voir une ville aux  trottoirs peu entretenus et  souvent moussus.
Pour cela, il existe une solution écologique, une solution  peu coûteuse qui, de  plus, ravivera les  yeux  des grands enfants que nous sommes restés:
Le CHAMEAU et si les fonds  manquent  à la commune dans  ces temps de réduction drastique  des dépenses,  elle  pourra se rabattre sur le  lama et sa déclinaison en taille, la vigogne.
Hors de question, vu le statut bourgeois de  la commune, de se rabattre sur l'utilisation de la chèvre.
Remplacer le  moteur à explosions par des camélidés devrait conduire notre ville à devenir  pilote des bonnes  idées dans  la Communauté de Communes du Sudgoélo.

JOUNENT Michel, déjà sur la route de Samarkand en regardant défiler les chameaux.

vendredi 4 avril 2014

sortie culturelle 4/04/2014

A LA LIMITE DE NOTRE COMMUNE,

du côté d'Etables sur mer se tient en permanence dans  un laboratoire de biologie médicale des expositions  artistiques de toute nature.
C'est insolite et les expositions  sont ouvertes à tous.*
Il n'est pas nécessaire de s'y rendre seulement pour subir des  prélèvements médicaux, on peut aussi en curieux voir et admirer ou non sur  les murs et les étagères du labo des créations tout à fait originales.
Chaque artiste  expose durant deux mois, le  labo-salon d'exposition  est surbooké jusqu'en ...2019.
Les heures d'ouverture du labo sont importantes et il est ouvert toute  l'année (du lundi au vendredi de 7 h 30 à 19 h et le samedi de  8 h à 12 h 30).
Une visite originale dans  un lieu inattendu pourvu d'un parking, déplacement  à risquer sans modération  et c'est gratuit.

JOUNENT Michel.


*GOELAB, Allée Paul Vatine 22680 Etables sur mer.     

mercredi 2 avril 2014

histoire de blogs 2/04/2014


AINSI VA L'EXISTENCE DES BLOGS QUINOCEENS...

Le blog de la campagne municipale du maire sortant: sqppourtous.fr est fermé.
Le blog de "La libre Expression des Quinocéens" : leq.asso.fr est de nouveau fermé, c'est une partie de  la  mémoire  du mandat chaotique de M Blanc qui disparaît.
Par contre, avec  le  projet des éoliennes marines qui ne rencontre  pas que des supporters, il existe un blog  intéressant à consulter: www.gardezlescaps.org et sur facebook avec  pour appelation"gardez les caps"
Pour ce qui concerne "Le blog de Michel ", il continuera son petit bonhomme de chemin en regardant de près, même de très  près,  la réalisation des  promesses électorales  et  le retour  à la sérénité du conseil  municipal.

JOUNENT Michel.

mardi 1 avril 2014

vive le bénévolat??? 1/04/2014

MES DIX NEUF MOIS AU CONSEIL MUNICIPAL...

Ils resteront avant tout pour  moi la découverte d'un personnel administratif dévoué et compétent.
Ils m'ont aussi frappé par  la versatilité  des élus; hier, certains encensaient le maire et puis, par  une révolution interne et  personnelle, ils l'ont voué aux gémonies.
Il est sûr et certain que  M Blanc est  un personnage hors du commun; il en a roulé plus  d'un dans la farine en voulant s'accrocher à tout prix à son siège de  maire.
Avant que  je ne sois élu, il a usé  de 5 directeurs des services  et je  n 'y suis  pour rien; cela a eu  un coût important  pour le contribuable Quinocéen.
Il a multiplié ou subi pas mal  de  procès.
Sept élus ont démissionné, ce qui a provoqué une élection complémentaire généreusement accordée par le Préfet des Côtes d'Armor, le tiers  nécessaire , pour recourir à cette  élection  n 'étant pas réalisé (  sept  n'est pas  le tiers de  23 ).
Au soir de  mon élection, un blog concurrent (la LEQ )  à rapporté mon résultat et celui de mes colistiers au nombre des  inscrits; donc,  je  n'ai rien inventé en parlant du score du nouveau maire.
Tout autre maire aussi désavoué par le corps électoral aurait démissionné, tout autre maire se retrouvant devant une  opposition majoritaire (17 élus sur  23  ) aurait rendu son écharpe.
M Blanc nous a fait la relecture  des Horaces et des Curiaces, il a  divisé ses adversaires au conseil pour mieux les discréditer et à la fin de  la  partie, il a  tué d'une façon métaphorique celle qui fut sa "sœur"  et meilleure supportrice pendant ces 72 mois  de gestion municipale chaotique, Mme l'adjointe à la culture.
En six ans,  des  investissements  importants  ont été réalisés dont le cinéma à un coût toujours  inconnu et toujours pas complètement réceptionné; le dernier avenant des travaux  de la société la  plus  importante  de travaux  publics  pour la restructuration n'est  toujours pas voté 30 mois après son ouverture.
Après avoir  bataillé en vain pour faire avancer la démocratie  locale, "même si elle a tort, la  majorité à toujours raison, c'est la loi d'Airain d'un système démocratique", je m'honore d'avoir collectivement participé au sauvetage et au maintien du Minigolf "si cher" aux Quinocéens".
J'ai, dès le  lendemain de mon élection, essayé  de trouver avec d'autres élus   une solution médiane  pour que les travaux commencés dans  le quartier du Casino  ne se transforment pas en gouffre financier.
J'ai voté, à la demande du maire, l'abandon des avances  remboursables, cadeau empoisonné laissé par les maires des  précédentes mandatures dont le  promoteur du port, M Héry.
(avances remboursables de 2 435 885.37 € ...transformées en subvention définitive.)
J'ai suivi par dessus  l'épaule de G Brezellec l'avancement du dossier de la base de maintenance des éoliennes marines, cette affaire est restée étrangère aux élus Quinocéens, le maire en tête.
J'ai voté tous les travaux   présentés par le maire; les tourne à gauche des  Prés-Mario,  la place Saint Roch, la place Sainte Anne, un nouvel éclairage public dans nombre de rues avec l'enfouissement des réseaux aériens qui permet  d'ores et déjà le passage de  la fibre  optique sans défoncer  à nouveau les chaussées, la réhabilitation du  dessus des  plages de  la Comtesse, du Casino, de  le grève de  l'Isnain, du ré-ensablement du port d'échouage après de sévères tempêtes, de la remise en état du dessus de la plage du Châtelet,la réhabilitation des pistes du minigolf, la reconstruction du préau du parc de la Duchesse Anne, l'emmarchement rénové du R de C du Centre des Congrès avec une rampe d'accès aux  personnes à mobilité réduite , la réparation conséquente du vieux gréement "le Saint Quay "et dernièrement   la transformation des aires de jeux  pour enfants.
J'ai prononcé une demi douzaine de mariages dont un mariage pour tous que le maire ne voulait pas faire.
Après dix huit mois au conseil, j'attends  le quidam qui niera la  réalité de  mon activité d'élu.
Devant l'adversité à jouer mon rôle d'adjoint et la difficulté à obtenir des informations  normalement dues à un élu, je ne garderai pas un souvenir impérissable  de mon bénévolat à servir les autres.
Quant à mon blog , sa fréquentation , son audience est un réel succès.
Le style de mes posts, le ton  polémique, sarcastique a  plu à beaucoup et en a contrit quelques uns.
J'ai eu des commentateurs assidus et aussi des courageux anonymes.
Dans  les assidus, je  mettrai en tête  le dévot du maire M Bruhat;  il aime tellement Saint Quay  qu'il réside ailleurs et surtout il a résilié son inscription  sur la  liste  électorale; son aveuglement d'un autre temps  finira  par passer et il faut vraiment s'ennuyer sous le soleil méridional pour me  lire avec autant d'assiduité .
Idem pour M Picolet; il réside ailleurs au milieu des champs de blé, vote ailleurs et ne connaît la vie à Saint Quay que par  oui dire.
Il se réclame d'une expérience élective il a pris une raclée aux élections  municipales en  2008.
Quant au troisième, M Rault, qu'il fasse comme moi; je ne lis pas toute la  presse, j'ai même le culot de sélectionner mes  lectures.
Mon blog n'est pas  objectif, c'est le  moteur de son succès et, en  plus, à l'inverse de mes détracteurs,  je  n'ai pas  comme eux la vérité  infuse.
Mon blog est un blog d'humeur et d'humour, bien incompréhensible je  l'imagine  pour les tartuffes  locaux.
Pour terminer, j'ai encore envie de dire deux mots sur mon différent judiciaire avec M Blanc.
Le maire s' est estimé diffamé, suite  à la  parution d'un article sur mon blog, de Michel Rocfort.
Je ne suis en l'occurrence que l'hébergeur de ce post; c'est en toute connaissance de cause que j'ai publié son article.
Je  partage toujours  le fond de cet article , la forme, c'est autre chose.
M Rocfort est un Quinocéen de souche, il connaît bien l'Histoire de la ville.
C'est aussi un haut fonctionnaire, universitaire bardé de  diplômes et en  particulier diplômé de sciences-po Paris.
En ne s'attaquant en justice uniquement à mon encontre, par ses conséquences financières  et morales, M Blanc m' a écarté de  la vie  politique  locale.
L'usage veut qu'en cas de contestation d'un article, on attaque en justice l'auteur de  l'article et le directeur de  la  publication.
17 mois  après  le dépôt de  la  plainte,  l'affaire  est bien loin d'être clause et surtout pas à l'avantage de M Blanc.


JOUNENT Michel lanceur d'alerte auto proclamé ou pas??? Seul le résultat définira mon titre.

NB : Sur mon blog  ,je ne censure  pas ...je  modère.

dimanche 30 mars 2014

on tourne la page 30/03/2014

Après le succès de la  liste du  Docteur Simeliere aux municipales,

ce n'est pas seulement le temps de  l'arrivée d'une équipe  nouvelle, c'est le temps d'un  monceau de  promesses  à voir se  réaliser.
Les  jours, les  mois et les années à venir  nous rassurerons ou pas sur la qualité et la sincérité du programme présenté  aux Quinocéens.
Mais ce soir 30 mars 2014, l'annonce est  maintenant officielle, on  ne verra  plus  M Blanc  aux affaires  municipales  et c'est pour  moi la vraie et la seule bonne nouvelle.
M Blanc  va  pouvoir  reprendre  ses entreprises philanthropiques et s'éviter les  pénibles voyages hebdomadaires à partir de  la Capitale vers le  pays des  ingrats.
Pour ce second tour, il y a eu  5 électeurs de  moins et 2046 votants sur  3037 inscrits.
21 suffrages blancs et nuls supplémentaires avec un total de 89 votes  blancs et nuls.
27  suffrages exprimés en  moins  et 1957 votants finalement  exprimés.
Le docteur Simeliere  (UDI)  est élu avec 1064 voix et 302 voix de  plus que sur le premier tour, sa  liste remporte  18 sièges  au Conseil  Municipal et 5 élus  à la Communauté de Communes.
Isabelle Quéré obtient 526 voix, sa  liste aura 3 sièges au conseil Municipal  et  1 siège à la Communauté de Communes.
Georges Brezellec  rassemble 367 voix et sa  liste aura  2  sièges au Conseil Municipal.
Le pourcentage  à prendre en compte pour  mesurer  le succès réel du Docteur Simeliere  est celui  du nombre de voix obtenues sur les  inscrits :

1064/3037  soit 35.03 %


Ce  n'est pas folichon!!!





Le page triste de cette soirée est la  mise sur la touche de  la vie politique  locale  de ces deux voyageurs et amis .


JOUNENT Michel ,lanceur d'alerte.