Pages

vendredi 18 juillet 2014

Le Télégramme et O-F 18/07/2014

LA PRESSE RÉGIONALE EN PARLE: 
l'affaire de  la librairie du port.





Ouest -France du 17 /07/2014.


Ouest-France du  18/07/2014.

JOUNENT Michel,  requérant sans avocat auprès du TA de Rennes  mais fort des conseils  juridiques  de son ami le Préfet honoraire Gérard Lambotte.

jeudi 17 juillet 2014

le marionnettiste 17/07/2014

C'EST FACILE DE JOUER À PONCE PILATE ...
MAIS APRÈS !!!!
Après la publication, le 10 novembre 2010, d'un communiqué de  presse  sur  tout le mal qu'elle  pensait de la décision du conseil municipal autorisant l'achat des  murs d'un fonds de commerce de presse, l'association des commerçants "les quatre saisons toniques" présidée par M Huc Hervé s'est cachée derrière son petit doigt et n'a rien fait pour s'opposer  au grave  problème de distorsion entre  les  commerces Quinocéens résultant de la malencontreuse initiative du maire de  l'époque M  Blanc.
Depuis, l'eau a coulé sous les ponts, la justice est passée, l'union des commerçants a un encéphalogramme plat  et le communiqué de  presse ci dessous  n'en est que   plus cocasse.
communiqué paru dans La Presse d'Armor du 10 novembre  2010 

A t-il été rédigé par un commerçant ou un artisan??? Rien de  moins sûr , sur la photo regroupant le bureau de  l'association on y voit un personnage  qui n'est
ni commerçant ni artisan mais  plutôt à classer parmi les  intrigants locaux.
Il menait en  mars 2009 la danse, lors de la démission  des six conseillers municipaux de  l'équipe "Autrement" de M Blanc  dont M Barbey- Chariou.
  
Pour faire court , c'est  un artisan dans  son  genre  surtout pour tirer les ficelles.
JOUNENT Michel.

mercredi 16 juillet 2014

vu et entendu au conseil municipal (4 ) 16/07/2014


Le conseil municipal du 15 juillet 2014,
vu par un élu de la minorité.

Ce conseil municipal traitait essentiellement du renouvellement de la délégation de service public concernant l'exploitation du casino:
En effet, compte tenu du calendrier, il était urgent que le conseil municipal choisisse le nouveau délégataire sous peine de voir notre casino cesser son activité au 31 décembre....avec toutes les conséquences que cela représente: 1 380 000 euros de « manque à gagner », soit 22% de la totalité de nos recettes annuelles, l'enjeu était considérable pour l'équilibre de notre budget.
J'ai eu l'occasion, pendant cette dernière campagne électorale, de souligner l'importance des négociations qui allaient lier la commune au futur exploitant pendant ces 18 prochaines années, le résultat de ces négociations auraient des répercussions considérables sur les futurs investissements de la commune, sans compter son influence auprès de ses partenaires territoriaux: on écoute plus volontiers ceux qui ont les « moyens » que ceux qui ne les ont pas..
Dans une conjoncture économique difficile, qui touche également le secteur des jeux, la négociation était compliquée parce que la tentation des candidats était de diminuer la dotation municipale, une « petite » commune comme la nôtre pouvant, peut être, se contenter d' une « enveloppe » moindre  si elle était  suffisamment conséquente .
Depuis le 31 décembre 1996 , notre ville prélevait le taux maximal prévu par la loi , 15% sur le produit des jeux de notre casino, ce qui représente environ 1 050 000 euro / an ,  somme augmentée par une rétrocession des taxes perçues par l' Etat ( entre 300 000 et 350 000 euros), on  aurait pu craindre, à juste titre,  que la part « casino » baisse sensiblement.
La proposition du maintien des taux de 15% qui nous a été faite et adoptée par le conseil municipal, est la conclusion de négociations que la municipalité a menée depuis le mois d'avril, et j'ai tenu a saluer publiquement, l'équipe dirigeante et le maire Monsieur Thierry Simeliere pour ce résultat qui conforte pour les 18 prochaines années nos rentrées fiscales.
Même si cela surprend certaines personnes, reconnaître ce qui a été bien mené, ne me pose aucun problème, l'intérêt de la commune a été préservé et c'est l'essentiel.

En « questions diverses », j'ai évoqué le cas de l'ancienne librairie du port: le tribunal administratif ayant annulé la délibération du conseil municipal qui autorisait Monsieur Blanc, maire à cette époque, à se porter acquéreur du local pour y maintenir ce petit commerce de proximité( et l'exploitant), nous nous trouvons aujourd'hui dans la situation d'un propriétaire qui n'avait pas le droit (administratif) d'acheter!
Cette décision d'achat avait été très contestée , y compris au sein du conseil municipal, seuls quelques conseillers et adjoints avaient appuyé Monsieur Blanc dans cette curieuse démarche.
Saisie par Monsieur Michel Jounent, agissant en temps que contribuable quinocéen, le tribunal administratif a tranché:
Le code des collectivités territoriales ne permet qu'aux communes rurales d'intervenir financièrement pour maintenir un dernier commerce, parce qu'il s'agit dans ce cas précis d'une mission de service public, bien évidemment ce cas exceptionnel ne concerne pas une station balnéaire et le tribunal administratif n'a pas manqué de le rappeler.
Qu'adviendra t' il de ce local? Monsieur Simeliere a précisé que la commune acceptait le jugement du tribunal administratif, qu'il n'y aurait pas d'appel, et que les services  de la préfecture apporteraient leur aide pour démêler cet imbroglio juridique.
Plusieurs candidats (3 ???) à la reprise de cet espace sembleraient intéressés.
Il n'en reste pas moins vrai qu'un certain nombre de points devront être éclaircis:
Comment a t' on pu engager la commune dans une telle impasse? Il s'agit quand même de 100 000 euros !!!
Pourquoi une telle obstination pour le maintien de ce petit commerce alors que dans le même temps l'exploitant avait mis en vente son fond de commerce? ( voir le « bon coin » )
Pourtant nous étions quelques uns à avoir averti Monsieur Blanc d'une situation qui n'était pas conforme à la délibération proposée au conseil municipal, peine perdue, son obstination , une nouvelle fois, l' a emporté.
Michel Jounent, parfois critiqué, a eu le mérite et le courage de souligner les incohérences de cette délibération, de l'attaquer auprès du tribunal administratif, il a été bien seul pendant ces 43 mois (!!!)
mais il n'a jamais renoncé, qu'il en soit remercié parce que cela n'a pas été facile.
Bien à vous tous,

BREZELLEC Georges, conseiller municipal

lundi 14 juillet 2014

le jugement du TA de Rennes et ses interrogations 14/07/2014





LES ARCANES DE LA JUSTICE ADMINISTRATIVE.



Si, par une délibération municipale, un maire reçoit l'autorisation d'aliéner  un bien public comme  une école  désaffectée ou une chapelle sans  usage  et que cette  délibération  soit, suite  au  recours d'un tiers , annulée par un tribunal administratif, automatiquement l'acte de vente est  annulé.
A l'inverse, si une  municipalité autorise  un maire, suite  à une délibération municipale à l'achat d'un bien privé, la délibération peut être annulée par  un tribunal administratif mais  pour faire annuler  l'acte de vente induit dans  l'autorisation donnée au maire, il faut passer  par une  juridiction civile.
En l'occurrence, le Tribunal de Grande Instance pour l'achat des  murs du fonds de commerce de la  maison de  la  presse du Portrieux, compte tenu des sommes en  jeu, en s'appuyant sur la décision administrative le TGI ne  pourra que "casser " l'acte d'achat.
Aujourd'hui  la  municipalité est, suite  à la décision administrative du 10 juillet 2014, face à de  multiples  problèmes:
  • elle a déboursé  100 000 € maintenant sans raison  juridique, autrement dit sans "cause".
  • les  murs du fonds de commerce estimé à 100 000 € en  octobre  2010, vu la fermeture du commerce depuis  plus de deux ans, ne valent plus la somme  initiale.
  • le local -pour information-  contenant le fonds de  commerce a été acquis  pour  62 000 € en  2005....
  • il y a  aussi, suite  à la vente  et à la réception des  100 000 € par le vendeur en mars  2012,  l'absence  de  paiement des  loyers par le  locataire  (l'ex  propriétaire des  murs du fonds de commerce).
100 000 € ... ce  n'est pas une faible somme , cela  représente le montant de deux annuités  des  dépenses scolaires supplémentaires pour appliquer les nouveaux "rythmes scolaires" .
En attendant les suites de la décision administrative, je fais  parvenir :

  • à Monsieur le Préfet des Côtes d'Armor, une demande d'explication  sur l'absence de contrôle de la légalité par ses services de  la délibération N° 10-117 de la ville de Saint Quay Portrieux, délibération certes  noyée dans  des centaines de  délibérations dématérialisées reçues quotidiennement  des  373 communes des Côtes d'Armor qui avait  cependant la caractéristique d'avoir été largement médiatisée par la  presse régionale.
  • à la Chambre  Régionale des Comptes de Rennes , j'adresse aussi copie du jugement du Tribunal Administratif de Rennes avec  la demande qu'elle examine  la  légalité de  l'achat des  murs du fonds de commerce  un mois après la fermeture de  la boutique de  presse et le non respect évident de  l'objet de  la délibération N°10-117;  la CRC  peut demander  l'ouverture d'une enquête pénale.
  • j'ai déjà adressé copie du jugement à Mme la  responsable de la trésorerie d’Étables sur mer, cet envoi fait suite à l'envoi que  j'ai fait  en début de  l'année 2012 du contrat de  bail avec  le vendeur, jamais envoyé par les services de  la  mairie de Saint Quay.
Enfin, il est à souligner que  le Tribunal Administratif de Rennes a rejeté la requête  de M Blanc  qui  jugeait irrecevable ma démarche  à agir  en tant que simple citoyen  et contribuable  de la commune.
Toute délibération qui conduit à l'acquisition d'un nouveau bien  et qui a des  incidences financières sur les finances communales conduit tout contribuable au  devoir de se faire entendre, cela s'appelle sans doute pompeusement la démocratie participative.
Et chez monsieur Dominique Blanc  ce  n'est pas sûr  que ce concept de  participation des  citoyens aux affaires  publiques  ait fait partie de sa  manière de gérer  une commune.

PS : pour mémoire ma  requête au TA ne  demandait que  l'annulation de la délibération N° 10-117 .

NB: La totalité du jugement est accessible  à mes  lecteurs , il suffit de  m'en faire  la demande.

JOUNENT Michel.  

vendredi 11 juillet 2014

épilogue d'un fiasco 11/07/2014

LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF 
DE RENNES
fait droit à  ma requête, 
celle déposée il y a 43 mois.
Ce recours à la justice administrative visait à obtenir l'annulation de la délibération municipale qui autorisait l'ancien maire Dominique Blanc à acquérir pour la commune les murs d'un fonds  de commerce de presse pour  100 000 €.
Par 7 voix sur  les dix sept élus présents et représentés , le conseil municipal d'alors,  en date du 29 octobre 2010, a considéré qu'il était de son ressort de venir "au secours" d'un commerçant vu son endettement et  compte tenu de sa situation financière.
Arguant  que la  disparition  de ce commerce de  proximité (presse, livres et  jeux ) pénaliserait lourdement les habitants du Portrieux , M Blanc s'est lancé dans une  bien singulière aventure.
Après avoir entendu en audience publique  le  rapporteur, le jugement en date du  10 juillet 2014 est le suivant:

  • Article 1er :les conclusions de M JOUNENT tendant à l'annulation du contrat  de vente conclu entre  la commune et les époux Chauvigny, le  6 avril  2011 sont rejetées comme portées  devant un ordre de  juridiction* incompétent pour en connaitre.
  • Article 2: la délibération N°10-117 du  29 octobre  2010 du conseil  municipal de Saint Quay Portrieux est annulée.
  • Article 3 : les conclusions de M JOUNENT  et de  la Commune de Saint Quay Portrieux fondées sur  l'article L.761-1 du code de justice administrative sont rejetées .**
  • Article 4: le présent  jugement  sera notifié à M JOUNENT, à la commune de Saint Quay Portrieux et à M Hans Chauvigny.
A ce  jour  et par conséquent , le conseil municipal  doit  prendre  une nouvelle délibération prenant acte  de  l'annulation administrative de la délibération N° 10-117 du 29 octobre 2010 et elle se retrouve à avoir versé 100 000 € "sans cause". 

La délibération prise en octobre  2010 n'avait pas  pour  objet la création ou l'extension d'une activité économique mais visait à aider une entreprise en difficulté, l'opération  entreprise  par M Blanc  n'entrait pas dans  le champ d'application de  l'article L.1511-3 du code général des collectivités territoriales d'où son annulation par le TA de Rennes.
La commune actuelle se retrouve dans un imbroglio particulièrement inextricable suite à la  méconnaissance  des  lois du CGCT.

Ce jugement  mérite de  ma  part  d'autres conclusions, je  ne manquerai pas de les  porter à la connaissance de  mes fidèles et nombreux   lecteurs.

JOUNENT Michel.

* sans doute  une juridiction civile pour un délai  à juger tournant autour de  3 ans???
** M Blanc  me réclamait 3 500 € pour couvrir les dépenses d'avocats  de  la commune.

Commentaire de Legendrey Jules:

Michel, vous étiez dans votre / notre bon droit face à une délibération qui a été annulée par voie de justice et je vous en félicite.
Il faudrait maintenant que, dans l’intérêt de la commune (nous tous,) vous trouviez un compromis avec la nouvelle équipe communale de saint quay portrieux pour éviter un "imbroglio particulièrement inextricable".


mardi 8 juillet 2014

pas de manège enchanté 8/07/2014

CET ÉTÉ , ON NE VERRA PAS LE MANÈGE "RÉTRO"
Suite à une  sérieuse panne de son mécanisme hydraulique***, son installation pour la saison face au casino sur  l'espace  prévu dans  le nouvel aménagement  du quartier ne se fera pas
Dommage!!! Les enfants, petits et grands, ainsi que  les  parents, l'attendaient.
Espérons son retour pour l'année  prochaine.
La  municipalité a été informée tardivement de ce contretemps et elle  n'y peut mais...
Par contre, son service d'information avec  son nouvel employé aurait pu informer les  populations... il ne  l'a pas fait...
Il préfère discourir sur l'idée farfelue et plus qu'hypothétique du rattachement de  la communauté de commune du "Sudgoélo" *à l' "Agglo de Saint Brieuc".**

JOUNENT Michel.

*Sudgoélo: 6 communes  sur  59 Km²,14 233 habitants en  2011.budget 20 M € en 2013.
** Saint Brieuc agglo: 14 communes sur 253 km², 120 305 habitants en 2009.budget  143 M€ en 2012.
*** Information sur la  panne , relayée par  le blog municipal quelques  jours après la  publication de  mon article.

Commentaire de Le Gonidec Yves:

Vous avez raison de souligner l'insuffisance du service d'information de la mairie. A l'heure où j'écris, la dernière information publiée sur le site et sur le blog relate une visite à caractère politique datant d'il y a une semaine. Et dire qu'un type à plein temps a été embauché pour ça ! On regrette l'ancien chargé de communication de la ville, Fabrice Quilliou, ce gars-là savait écrire et prendre des photos, et on se demande pourquoi on ne l'a pas gardé, il suffit de parcourir les archives du blog de la ville, du mois de juillet 2013, pour se rendre compte de la dégradation de la qualité de l'information.
Alors il faut aller sur votre blog pour apprendre que le manège de Saint-Quay ne viendra pas cette année, il faut acheter le Télégramme pour lire que les travaux des locaux de la Duchesse Anne ne sont pas encore terminés et que les tournois de boules risquent d'être annulés ou reportés.
A l'heure des économies, la ville a-t-elle vraiment besoin d'un chargé de communication ???


Commentaire de Legendrey Jules:

Si notre bon docteur était un inconditionnel de la doublette, nous aurions déjà un parcours de pétanque en synthétique.
J'ai ouï dire qu'il n'agissait que pour le bien commun et non au nom de ses propres ambitions politiques.
M'aurait on trompé ?
Le chargé de mission serait-il un chargé de commissions ?


lundi 7 juillet 2014

union contre nature 7/07/2014

APRES LA VISITE DE ROUTINE DU SOUS-PRÉFET A SAINT QUAY.*

Le commentaire lu sur le site de la ville est surprenant: de quel droit peut on affirmer que les relations entre la commune et les services de l'Etat étaient dégradées?
Certes nous avons eu, au sein du conseil municipal, des désaccords sur le fonctionnement de la municipalité, mais il s'agissait de problèmes internes qui n' ont jamais affecté les relations de la commune avec les autres territoires ou les services de la préfecture....
Notre action au sein du Sud Goëlo a toujours été constructive, la meilleure preuve sont les 4 millions d'euros que la communauté de communes a investi sur le territoire de notre ville, entre 2008 et 2014, du jamais vu lors des mandats précédents, et n'a t' on pas, après des mois de compétition avec les autres ports costarmoricains, obtenu la maintenance éolienne, avec l'accord du conseil général?
Avec quelques 18 millions d'investissements réalisés , la période 2008-2014 restera comme l'une des plus actives, tout en maintenant une fiscalité constante, ce constat semble encore aujourd'hui déranger, les élections sont terminées, c'est au tour de la nouvelle équipe de faire ses preuves et de mériter la confiance que les quinocéens leur ont accordée. 
Quant à déclarer que l'avenir de notre commune doit être dans le giron de l'agglomération de Saint Brieuc, on peut le comprendre quand il s'agit de la déclaration d'un briochin, un peu moins quand cela vient de notre représentant, vice président de la communauté de communes du Sud Goëlo.
Mettre en avant la ligne TGV, Eleusis, la nouvelle clinique de Plérin , pour argumenter un souhaitable rattachement, est un peu simple , que nous appartenions ou pas à l'agglomération briochine ne changera rien à notre situation géographique, Saint Brieuc est et restera très proche; la raison de cet effet d'annonce est donc ailleurs.
En revanche, les conséquences fiscales sont à prendre en compte:
Notre communauté de communes est « appétissante » pour nos voisins; la dernière réforme fiscale  a permis de transférer aux communautés de communes,  la taxe d'habitation que touchaient les conseils généraux, cette réforme a été très profitable au Sud Goëlo, nous sommes, aujourd'hui,  classés parmi les communautés de communes « riches », grâce à notre potentiel fiscal et au nombre de nos résidences secondaires, à tel point que l'Etat prélève chaque année 2 300 000 euros sur nos impôts locaux pour alimenter un fonds de solidarité ( FNGIR**) en faveur des communautés de communes les moins favorisées !!!
Alors , que certains aient envie de se marier avec nous est compréhensible, mais prudence, il ne s'agit pas de confondre ambition politique avec intérêt du contribuable, pas sûr que les quinocéens acceptent qu'une partie de leurs impôts financent un fonctionnement ou un investissement loin de chez eux, sans pouvoir réel de décision, car, que pèserons nous au sein d'une agglomération de plus de 100 000 habitants ???

BREZELLEC Georges,  conseiller municipal.

*aujourd'hui, selon la presse  il visite  Saint Cast le Guildo.
** FNGIR: Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources.

Commentaire de Martin Jacques ,ancien conseiller  municipal:

Tout à fait d'accord avec toi. Moi aussi j'ai été surpris par ce commentaire quelque peu partisan sur un blog institutionnel. Un Quinocéen me faisait remarquer fort justement que l'ancien maire avait un blog sur lequel il faisait ses commentaires "politiques" sans utiliser le blog de la ville. 
Quant au rapprochement avec Saint Brieuc, il y a là un vrai sujet de consultation de la population qui doit dire ce qu'elle veut. Cela s'appelle la démocratie! Je ne suis pas sûr que la majorité de la population veuille se faire avaler tout cru par Saint Brieuc. Je pense qu'il y a encore des élus du Sud-Goëlo attentifs pour empêcher ça..


Commentaire de Bruhat Bernard:
L'actuelle tendance est bien la constitution de métropoles autour des grandes villes ( Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, etc...) notamment pour le financement des infrastructures ( routes et transports ) et pour faciliter la vie et la création des entreprises par l'instauration d'un guichet unique . 
Certaines villes périphériques des grandes villes ont la crainte d'être avalées car ces dernières étant souvent plus endettées que les moyennes ou les petites, elles craignent, à tort ou à raison, de voir les impôts mutualisés et donc de s'envoler. 

La réponse pour éviter ces hausses d'impôts est de réduire très sensiblement les dépenses inutiles de fonctionnement, les redondances, et en augmentant l'attractivité des territoires par la simplification des procédures d'installation des entreprises qui génèrent des emplois et des recettes fiscales. 

Commentaire du conseiller municipal Saint -Pierre Roques Denis: 
A propos de l'intercommunalité, le maire, Thierry Simeliere a lancé le débat sur le devenir de la communauté de communes du Sud-Goëlo, c'était un débat nécessaire, les enjeux sont importants, nous (citoyens) ne devons pas laisser d'autres décider pour nous, deux options sont proposées aujourd'hui : la fusion avec la communauté de communes de Lanvollon-Plouha, ou le rapprochement avec l'agglomération de Saint-Brieuc. 
D'autres choix sont possibles en faisant éclater les intercommunalités. 
Comme dans toute démocratie, il appartient aux populations concernées de s'exprimer et de décider de leur sort.
(ce commentaire n'engage que moi). 


Commentaire de Dalban Robert:
Monsieur Roques, pouvez nous dire si le débat lancé par Monsieur Thierry Simeliere a eu lieu au sein du conseil municipal? Si je vous pose cette question, c'est parce que j'ai l'impression , en lisant le blog de Monsieur Jounent que certaines personnes ne semblent pas au courant de ce débat, notamment un conseiller municipal ce qui est curieux...Par ailleurs j'ai l'impression aussi que  la majorité des conseillers communautaires découvre ce choix.
Monsieur Simelière a t' il été mandaté par le Sud Goëlo pour en parler au sous- préfet?
Votre réponse intéresse beaucoup de quinocéens Monsieur Roques, et par avance je vous en remercie
Bien cordialement,

Réponse au commentaire de Dalban par Saint-Pierre-Roques:
Monsieur Dalban,
Tout d'abord, je tiens à préciser que je m'exprime ici en tant que citoyen et non pas en tant que porte parole de la municipalité.
Ceci étant, j'ai assisté à la rencontre et à la conférence de presse donnée par le sous-préfet, Gérard Derouin et par le maire de Saint-Quay-Portieux, Thierry Simeliere, à l'issue de leur rencontre dans notre ville.
Lorsque le sous-Préfet a évoqué les enjeux de l'intercommunalité, Thierry Simeliere s'est positionné en faveur d'un rapprochement avec l'agglomération de Saint-Brieuc.
A aucun moment il ne s'est dit mandaté par le conseil municipal ou par la communauté de communes. Il a ouvert un débat, un débat nécessaire, un débat indispensable.
Pour ma part, je ne dispose pas aujourd'hui d'assez d'éléments pour
déterminer le meilleur choix pour Saint-Quay-Portrieux et pour la communauté de communes du Sud-Goëlo.
Mais je pense qu'il fallait que quelqu'un lance le débat, Thierry Simeliere l'a fait, j'en suis fort aise.
Maintenant, à chacun d'exprimer son point de vue, les médias ne manquent pas.
Bien à vous.

Commentaire de Dalban Robert:
Je vous remercie pour votre réponse M Roques 
J'ai bien compris qu'il n'y avait pas eu de débat municipal, pas plus que communautaire; ce qui explique mieux l'étonnement de certains élus.
Monsieur Simeliere a exprimé un avis personnel qui peut effectivement servir de base à un débat, ce qui est surprenant c'est la méthode, elle ressemble à des habitudes que l'on croyait révolues, vous ne croyez pas?
Bien cordialement.

Commentaire de Noël Rocquevert:
Vous avez raison Monsieur Dalban, surtout que le "débat" en question ou" l'expression personnelle" utilise le site officiel de la ville ! site de communication ou de promotion personnelle ???

Commentaire de Saint -Pierre-Roques Denis:
en réponse à Messieurs Dalban et Rocquevert :
L'annonce de cette volonté de rapprochement avec Saint-Brieuc n'est pas l'exclusivité du blog de la ville, vous trouverez également la retranscription de la conférence de presse, sous la plume de Jean-Pierre Machet, ici : http://www.ouest-france.fr/le-sous-prefet-en-visite-dans-la-commune-2679078.
Je ne pense pas que Thierry Simeliere s'inscrive ici dans une démarche de promotion personnelle, il est convaincu que le rapprochement avec Saint-Brieuc (agglomération) sera bénéfique pour Saint-Quay-Portieux et la communauté de communes du Sud-Goëlo. Laissons-lui développer ses arguments et donnons la parole à chacun, dans les journaux et sur les blogs.
Je pense, comme Monsieur Rocquevert, que cette information avait plus sa place sur le blog que sur le site officiel de la ville. Cependant cette visite était d'importance et le site de la ville étant plus visité que le blog, le maire et le chargé de communication ont estimé qu'il était utile de la mettre en avant.
Erawan Barbey-Chariou, l'adjoint à la communication et Sébastien Couzic, le chargé de communication travaillent de concert sur la mise en ligne d'un site unique, qui rassemblera le site institutionnel et le blog, mais la nouvelle équipe n'est aux commandes que depuis 3 mois, elle travaille en parallèle et avec efficacité sur tous les dossiers à traiter, personne n'économise sa peine, nous abordons la pleine saison estivale, soyez patients, vous ne serez pas déçus.
Bien à vous.

Commentaire de M Thepault  Michel:
en réponse à ces commentaires ; je pense que les habitants doivent être consultes par référendum ; ce ne doit pas décide par les élus des communes; mais j' en doute car il y a bien longtemps que la démocratie n' existe plus dans notre beau pays ;
je citerai en exemple le traite européen de Lisbonne ; les citoyens avaient votes non mal Sarkozy l'avait fait ratifier par le par le parlement.
LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ CES MOTS NE VEULENT PLUS RIEN DIRE DANS NOTRE BELLE FRANCE CAR JE NE SAIS PAS CI NOS CHERS ELUS S EN SOUVIENNENT . 
MERCI A MICHEL JOUNENT DE NOUS PERMETTRE DE NOUS EXPRIMER SUR SON BLOG ; 
BONNE JOURNÉE A TOUS .

Commentaire de Cheik en Blanc:
A Monsieur Denis Saint-Pierre Roques
Donc cela ne date pas d'hier que Monsieur SIMELIERE est convaincu du rapprochement bénéfique de notre commune avec Saint-Brieuc Agglomération ! 
Curieux, cela ne figure pas dans sa campagne électorale ?

Commentaire de Bruhat Bernard:

Je ne pense pas qu'une fusion avec Saint-Brieuc soit envisageable, ni souhaitable. Sauf à perdre complètement notre idenditée. Le projet consiste à avoir des intercommunalités de plus de 15.000 habitants en mutualisant les services.

Plus concrêtement on peut envisager: 
Saint-Quay+Etables+Binic+Plourhan+Lantic+Plouha+Treveneuc. 
Le temps n'est plus aux référendums et aux débats d'arrière garde. 
Chacun sait la nécessité de restructurer le mille feuille. 
Il faut agir vite en présentant concrêtement aux citoyens le niveau d'économies qui seront réalisées à court et moyen terme, voir les possible baisse d'impôts locaux en résultant. 
Sinon, l'Etat le fera à la place des élus réfractaires au progrès. 
Un dernier mot pour saluer Michel Jounent qui autorise ce débat utile sur son blog. 

dimanche 6 juillet 2014

zorro est arrivé 6/07/2014

DE L'OMBRE A LA LUMIÈRE...

A lire  le  compte rendu  sur le blog municipal de   la  visite du secrétaire général de  la Préfecture des Côtes d'Armor, le  maire  nous refait le coup de  l'homme  providentiel qui va sortir la commune de son  isolement et de sa relation dégradée avec  l'Etat.
" C'est  à la fin des comices agricoles que  l'on compte  les  bouses" dit le vieil adage!!!   autrement dit,  il faut être bien hardi pour affirmer  trois  mois après  l'élection municipale que  le train communal est sur les bons rails et que  les demandes  de subventions font tomber comme à Gravelotte.
A demi mandat,   on vérifiera  sans beaucoup se  tromper si les  promesses électorales ont pris corps et qu'elles seront autre chose  qu'une succession de  propos démagogiques .
On ne  peut pas  à la fois constater  que  l'Etat  réduit de  manière drastique la dotation générale de fonctionnement et s'imaginer que  les demandes de subventions relevant de la DETR (Dotation d'Equipement des Territoires Ruraux ) par exemple vont tomber aisément  dans  l'escarcelle de  la commune.
Vu  que  la ville  n' a rien de rurale  et que la commune est considérée comme une ville riche par  l'état de ses finances, ce n'est pas dans  la  poche.
Les représentants de L'Etat ont fréquenté sans crainte la commune ces derniers temps , la dernière  présence en ville de Monsieur  le Préfet Soubelet et du Président du Conseil Général Claudy Lebreton date du 20 octobre 2012; en juillet de  la  même année, le Préfet avait fait une visite avec le maire seul  des différents chantier en cours; il avait  aussi échangé à propos de  la base de  maintenance des éoliennes marines  et il ne semblait pas avoir traversé  une commune "rongée par la guerre civile".
Le "papier" publié sur le blog municipal est polémique et tranche, avec soi disant la volonté exprimée  lors du dernier conseil, de ramener  l'apaisement  en votant les comptes 2013  de gestion et administratif de  l'équipe sortante,  mais il est surtout politique  quand  le  maire  nous fait découvrir sa  position  sur  l'avenir de Saint Quay Portrieux ; la commune dans  la  prochaine  refonte des  intercommunalités  doit rejoindre celui  du pays de Saint Brieuc.
La construction d'intercommunalité  occupant un bassin de vie d'au moins  20 000 habitants  n'est pas  une  information nouvelle et le redécoupage des cantons à  l'automne dernier  préfigurait  assez  bien la création de ces nouvelles  C de C.
Tout portait à croire à la création d'une nouvelle  intercommunalité  comprenant Lanvollon et Plouha et bien !!!  de son  propre chef  sans doute,   dans  le cadre de son  implication à l 'UDI,  notre  maire  penche pour Saint Brieuc .
Cela ressemble , mais je  peux me tromper, au déclenchement  d'un affrontement  politique entre  la  majorité  socialiste du département  et  l'opposition tournant autour du maire de Saint Brieuc.
S'opposer au conseil général et voir plus haut  en  prenant sans concertation avec ses administrés une telle  position  ne  servira  pas les demandes de subventions  tout azimut.
Responsable des  sapeurs  pompiers,Président du Conseil Général, Préfet des Côtes d'Armor , officier sapeur-pompier , le  20 octobre  2012
Le maire sortant aimait bien se faire  photographier mais, du fait de ses  longues absences  hebdomadaires,  c'était supportable; le nouveau maire,  il faut le dire, est  présent et bien  présent  et pour bien  le faire savoir,  il est  omniprésent en  photo dans  la  presse , sur le blog et le site  municipal.
Selon  une  posture bien établie, pas une réunion communale,  pas une réunion d'associations ne se terminent par la saisie d' une  photo où il  trône  parmi les Quinocéens.
Les  photos veulent toujours dire quelque chose  et surtout quand  le nouveau maire  n' y est pas .
A l'inauguration du projet communautaire  de la  piste de roller  à Etables sur mer , tous les  maires du Sudgoélo étaient présents ainsi que  le Président  du Conseil Général pour couper  sur la piste colorée en rose le ruban inaugural.
Notre maire, pris par d'autres obligations???  avait délégué deux de ses adjoints.
Le cliché ressemble un peu à celui du calendrier des sapeurs pompiers du Sudgoélo et confirme  qu'il est difficile de réunir sur  un même cliché tous  les  maires du Sudgoélo.
Hasard ou calcul ???

JOUNENT Michel.

Commentaire de Le Gonidec Yves:
Monsieur Jounent,
J'avais relevé l'article, paru d'abord sur le blog, puis sur le site institutionnel de la mairie, relatant la visite du secrétaire général de la préfecture de Saint-Brieuc.
Je profite du billet que vous avez publié sur votre blog pour m'exprimer sur le même sujet :
La première phrase de l'article m'a interloqué : "Suite à la dégradation progressive des relations entre l’Etat et la commune, le sous-préfet a saisi l’opportunité de l’arrivée d’une équipe nouvelle pour poser les bases d’une nouvelle collaboration, plus respectueuse et apaisée."
Je savais bien que la mandature précédente n'avait pas été de tout repos, mais j'avais cru comprendre que Dominique Blanc entretenait de bonnes relations avec le préfet des Côtes d'Armor.
Ceci étant, quelles qu'aient été les relations entre la mairie et la préfecture, il n'appartient pas à un site institutionnel de se positionner sur des sujets polémiques, et il devrait se limiter à donner des informations objectives sur les services municipaux, sur les projets et les événements d'intérêt général, ce commentaire partisan trouverait mieux sa place sur le site d'un parti politique.
Mais un autre projet m'interpelle : l'évolution de l'intercommunalité. Les pouvoirs publics ont décidé que les communautés de communes devraient rassembler au moins 20 000 habitants. La communauté de communes du Sud-Goëlo étant forte d'un peu moins de 15 000 âmes, il est envisagé de la fusionner avec celle de Lanvollon-Plouha. On apprend maintenant que le maire voudrait nous fondre dans l'agglomération de Saint-Brieuc. Qui en a décidé ? Ce projet ne faisait pas partie du programme de l'équipe nouvelle, a-t-il fait l'objet de débats au sein de son équipe, du conseil municipal et surtout de la communauté de communes ? J'ai l'impression qu'après un court état de grâce, le maire vient de déterrer la hache de guerre. Va-t-on revivre les errements de la précédente mandature ? C'est le sentiment qu'on éprouve à la lecture de cet article.
Salutations.


Commentaire de Bruhat Bernard:
Il n'est pas difficile de deviner les intentions d'élus du même parti lorsqu'ils sont face à des élus d'un autre parti. 
Dans les Côtes d'Armor, le match UDI-PS est programmé pour la constitution de la future intercommunalité ainsi que pour les futures échéances électorales. 
Car ne l'oublions pas, l'essentiel pour un politique est son élection ou sa réélection. 
Le reste est secondaire. 
Sur le fond, il est fondamental de se poser la question : quel est le meilleur découpage intercommunal pour permettre de faire des économies substantielles de fonctionnement ? 

Les subventions à venir ne seront attribuées qu'aux communes ou communautés de communes qui gèrent le mieux et qui se désendettent. 
Pas à celles qui créent des postes inutiles et coûteux ( élus ou salariés ).