Pages

jeudi 8 avril 2021

pour refléchir ,le 8 avril 2021



DE L’APPAUVRISSEMENT FINANCIER

 DE LA VILLE 

DE SAINT QUAY PORTRIEUX.

 

Comme il a été détaillé lors de l’article précédant traitant de la dette de la commune de Saint Quay Portrieux, les finances de la ville présentent un endettement en très forte augmentation tant en valeur globale, en valeur par habitant * qu’en remboursement annuel de ses emprunts.

La dégradation des finances de la commune ne s’arrête cependant pas là. Une dérive bien plus insidieuse apparait et elle mérite toute notre attention car elle se cumule avec le dérapage de l’endettement. Il s’agit de la diminution des réserves financières de la ville.

La trésorerie de la commune (à peu de chose égale à ce qui est dénommé dans le compte administratif : résultat global de clôture qui inclut le résultat de fonctionnement et d’investissement ou encore dénommé fonds de roulement sur le site du gouvernement) a subi les variations importantes suivantes :

Au 31/12/19, elle s’élevait à 1 888 milliers € à la suite d’un résultat annuel de clôture de + 363 K€, le reste à réaliser reporté en dépenses au 1/1/20 s’élevant à 452 K€

Au 31/12/20, elle s’élevait à 1 229 milliers € à la suite d’un résultat annuel de clôture de - 588 K€, le reste à réaliser reporté en dépenses au 1/1/21 s’élevant à 320 K€

Au 31/12/21, elle devrait s’élever à 0 (zéro) milliers € selon le budget primitif à la suite d’un résultat annuel de clôture de – 1 229 K€

Ainsi donc, si l’ensemble des dépenses votées est entièrement émis sur l’année 2021, non seulement l’en cours des emprunts sera d’un montant jamais atteint depuis 8 ans (à 7 381 K€) mais la trésorerie sera réduite à néant malgré le recours à un endettement supplémentaire au titre de 2021 de + 1 173 K€.

En quoi l’absence de trésorerie devient elle source d’inquiétude pour les habitants de notre commune ?

Tout simplement, et comme chaque ménage peut le constater dans son propre budget mensuel, si de mauvaises surprises n’ont pas été anticipées à travers quelques réserves financières, il est difficile pour tout un chacun d’y faire face. Il en est de même au niveau d’une commune : si les résultats excédentaires reportés deviennent nuls (tel que cela adviendra au 31/12/21 conformément au budget primitif 2021 malgré un endettement record), alors les mauvaises surprises ne pourront

  • soit pas être solutionnées
  • soit solutionnées en faisant, une nouvelle fois, appel à un emprunt qui viendra gonfler toujours plus l’endettement déjà excessif de la commune..

Contrairement aux ménages et aux entreprises qui doivent rembourser leurs dettes mensuellement, les communes peuvent recourir à un endettement toujours croissant, au moyen d'une véritable fuite en avant. C'est en particulier le cas de la commune de Saint-Quay-Portrieux, qui - année après année - accroît sa dette de manière excessive. Au final, ce sont les quinocéens qui devront tôt ou tard finir par rembourser cette dette.

 

Gilles BRUAND

  • Suite à la remarque pertinente de Georges Brezellec, j’ai recherché les chiffres de l’endettement de la strate à laquelle notre commune appartiendrait si l’on retenait non plus le nombre d’habitant (3147 habitants) mais le nombre de redevables fiscaux s’élevant à 5200 (donc notre commune pourrait être rattachée à la strate des communes de 5000 à 10000 habitants). Dans cette nouvelle strate, l’encours de la dette est passé de 909 € par habitant au 31/12/2013 à 828 € par habitant au 31/12/19 (il est rappelé que la moyenne d’endettement de la strate des communes entre 2 000 et 3 500 habitants, en € et par habitant est passée de 724 € au 31/12/2013 à 703 € au 31/12/2019). Nous observons donc que même en retenant les chiffres d’une strate supérieure, les communes ont une forte tendance à ne pas augmenter leur endettement alors même que l’augmentation de la dette de la commune de Saint Quay Portrieux s’élève à + 74 % en 8 ans soit + 3 121 milliers €.

mardi 6 avril 2021

Et les promesses tombent à l'eau , le 6 avril , 2021

IL EST TEMPS DE VOIR LA RÉALITÉ.

Les travaux pour établir la base de maintenance des éoliennes marines AVANCENT A LEZARDRIEUX.

A l’inverse ce qui était promis pour le port en eau profonde de SAINT QUAY PORTRIEUX est abandonné.

La commune de Lézardrieux a déjà reçu des sommes importantes pour transformer le port de commerce en base de maintenance pour «Ailes Marines» filiale de Iberdrola                   (2.500 000 €)

Le département des Cotes d’Armor pour avoir amodié des terrains pour une période de cinq ans pour commencer allongé de deux années  si « Ailes marines » le désire, reçoit annuellement une somme coquette. (250 000 € annuellement révisable chaque année + 200 000 € annuellement dés le début du fonctionnement des éoliennes).

C’est avec cette construction de la base de maintenance la venue de personnels compétents avec des familles et des enfants renforçant ainsi l’économie locale et la fréquentation des écoles.

Du coté de la SBAA, c’est la soupe à la grimace, pas le moindre euro pour les finances de l’agglomération.

Quant à notre commune pour avoir un maire qui ne sait pas trop où se situer face à ce champ d’éoliennes après fait de la base de maintenance l’alpha et l’oméga du développement de notre commune et surtout le point fort de son élection à deux reprises, voila qu’il est devenu « dubitatif » selon la presse.

Ce n’est pas très sérieux une telle attitude pour une personne qui voulait être différent de ses prédécesseurs en insufflant un remodelage fort  de la commune dans toutes ces dimensions .

Bon il est bon notre maire pour afficher des poissons en papier   pour le   premier avril mais nombre de Quinocéens l’attendent pour rouvrir rapidement le GR 34, pour l’aménagement de l’ilot Jeanne d’Arc, pour le réaménagement du parc de la Duchesse Anne et pour les informer sur le début des travaux de restructuration de l’Hôtel-restaurant « Le gerbot d’avoine »etc.

Bref un maire qui doute et qui se réclame du scepticisme sur les éoliennes amène des inquiétudes dans sa gestion alors que tout est bon autour de nous pour se faire   piquer des projets entre communes voisines.

JOUNENT Michel.

Commentaire de la Vigie  22410:

Oui, il est temps de voir la réalité... la gestion de la ville de Saint-Quay-Portrieux est très loin d'être une réussite. Entre les 1 400 000 euros généreusement offerts à la SBAA, les 500 000 euros consacrés au tennis couvert, l'abandon du projet "éoliennes marines" (avec la perte de 100 emplois), le désastre du GR 34 (le principal attrait de la ville), ce sont les Quinocéens qui devraient être "dubitatifs" quant au bien-fondé des décisions adoptées par cette majorité municipale... Et parlons démocratie... prochaine réunion du Conseil Municipal le 18 Mai, paraît-il... j'espère faire erreur...la précédente réunion datant de début mars... visiblement on n'est pas pressé de préciser à la population comment sont gérés les problèmes. Mais il est vrai, comme l'a écrit Paul Valéry, que  "la politique, c'est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde".

lundi 5 avril 2021

une panne qui tombe à point. le 5 avril 2021

 

PATATRAS...

Après une si longue attente et malgré l’annonce faite au conseil municipal que les travaux de ce dernier seraient enregistrés, le ciel nous tombe sur la tête !!!

La bande son est inaudible, la vidéo est inaccessible aux communs des Quinocéens et par conséquent le conseil tenu à huis clos restera  pour tous un secret dans son déroulement.

Organisé par celui qui sous le mandat de D Blanc avait enregistré une quinzaine de conseils municipaux, il n’a pas réussi à en faire autant  sous le mandat de T Simelière .

Curieux quand même !!! avec pour résultat sur la démocratie locale un nouveau recul  de cette dernière...

Une explication de cette non diffusion  parmi  d'autre , peut être a t-on jugé en haut lieu que la prestation du premier magistrat ne le mettait pas  suffisamment en valeur en montrant son caractère hautain   au soir du  9 mars 2021 et qu'il fallait mieux faire disparaitre cette vidéo.

JOUNENT Michel.

Commentaire de la Vigie  22410:

donc le Maire avait dit avoir fait procéder à un enregistrement vidéo du Conseil Municipal et l'a finalement fait mettre en ligne. Problème : l'enregistrement est inexploitable.... étrange... Que devons-nous en conclure, sachant que l'enregistrement d'une réunion de ce type ne pose aucun problème aux municipalités qui ont ce genre de pratique ? Il se murmure, en ville, que l'opposition, jouant son normal rôle d'opposition, aurait eu l'audace de se manifester....


dimanche 4 avril 2021

des mots toujours des mots ... paroles ,paroles,le 4 avril 2021

 


LE SENTIER DU LITTORAL : 

Des paroles…...et des actes ???

Crée en 1791, le « chemin des douaniers »  devenu aujourd’hui le « GR34 »  a été complètement restauré, il y a un siècle, par Monsieur Alfred Delpierre maire de notre commune ; depuis cette date notre sentier du littoral a toujours fait l’objet des plus grandes attentions de la part des municipalités successives, elles ont toutes maintenu cette volonté de  rétablir sans cesse la continuité des 5 km de ce sentier.

Elu à la tête de la commune en 2014, Thierry Simelière avait bien compris la valeur patrimoniale et touristique de ce chemin, il l’a affirmé à maintes reprises , voici un rappel de ses propos :

 « On n’a jamais fini de s’occuper du sentier du littoral….C’est notre patrimoine et c’est ce qui fait la valeur de Saint Quay Portrieux » Conseil municipal du 7 Avril 2015.

 «N’oublions pas que c’est l’image de notre commune, c’est même l’image primordiale en terme de patrimoine »  Conseil municipal de Février 2016.

«L'intérêt touristique du sentier, puisque c’est l’un des sites les plus fréquentés, nous souhaitons rétablir la continuité du GR 34 » Conseil municipal  du 7 Avril 2017

« Le sentier du littoral, considéré comme l’un des attraits touristiques majeurs de la commune, fait partie des espaces remarquables qu’il faut protéger » Conseil municipal  du 2 Octobre 2017

« Sentier du littoral : on poursuit nos aménagements, rue des embruns, au niveau de la grève de la source, le Nord du Ker Moor et au niveau de la Comtesse » Conseil municipal du 23 Février 2018

« Le dossier du sentier du littoral, vous savez que c’est notre patrimoine naturel, auquel on attache la plus grande importance »   Conseil municipal du 1er Mars 2019

« Il y a un glissement modéré dans le secteur des Embruns qui actuellement ne pose pas de problème de sécurité, mais il y aura nécessité d’un certain nombre de travaux »    Conseil municipal du 28 Février 2020….

On peut noter que malgré cette « nécessité », il ne sera prévu qu’une somme de 75 500 euros au budget..et par conséquent pas les travaux « nécessaires »

Ces paroles, nous les avons  entendues ou lues dans les procès verbaux des réunions pendant 5 ans, elles ont rassuré les quinocéens  très attachés à leur « GR34 » , mais les actes ont ils suivi les paroles ?

Pourtant la méthode était pleine de promesses, juste un rappel des propos de Monsieur Le Maire :

« J’ai fait la proposition d’inscrire au budget une étude d’ensemble du sentier du littoral…...l’objectif  n’est pas d’être toujours curatif mais d’être plutôt préventif pour pouvoir inscrire chaque année un certain nombre de travaux qui pourraient devenir urgents…

Ne pas avoir réalisés ces travaux d’entretien ou de confortement pourrait entraîner la responsabilité de la commune notamment par rapport aux riverains » Conseil municipal du 3 Mars 2017

Sage décision, mais l’entretien du chemin des douaniers coûte cher, Monsieur Dominique Blanc, le Maire précédent, en a fait l’expérience : entre 250 000 euros et 500 000 euros suivant les années de son mandat, on mesure la détermination de l’exécutif aux moyens qu’il se donne , et les chiffres peuvent être cruels : 

En effet, si les années 2015, 2016 et 2017 ont été dans la moyenne des mandats précédents ( 380 000 euros en 2015, 351 000 euros en 2016 ; 392 000 euros en 2017) la suite montre bien que l’on coupe les efforts budgétaires : 147 500 euros en 2018 ; 60 500 euros en 2019 ; 75 500 en 2020 ; et ces chiffres ne sont que des prévisionnels qui ne seront pas totalement utilisés ...La nature ne pardonne pas , faute d’anticipation et d’entretien le sentier du littoral est, aujourd’hui , coupé en 2 endroits , ceux là même qui avaient été signalés par le cabinet d’études BRGM...

Il n’y a rien d’irréversible, les dégâts ne sont pas hors de portée de nos moyens, c’est une question de choix, mais la situation budgétaire est compliquée, on regrettera encore les          1 400 000 euros incroyablement offerts à Saint Brieuc agglomération, il se murmure qu’une partie du sentier du littoral ne sera pas restaurée, « il manquerait » 280 000 euros pour ré-ouvrir la totalité du chemin des douaniers, il sera compliqué d’expliquer aux Quinocéens que ce sentier « primordial et attrait touristique majeur » ne vaut pas les 400 000 euros qui sont prévus pour le 2ème court couvert de tennis..

Encore une histoire de choix !

 "Les paroles n’engagent que ceux qui les écoutent "

BREZELLEC Georges, Bien cordialement

samedi 3 avril 2021

tout sur le GR34 , le 3 avril 2021

 UNE AUTRE BALADE SUR LE GR34 

à Saint Quay Portrieux accompagnée de photos et de textes de  lois.

Mais rappelons ce qu'est le Gr 34 ou sentier du littoral ou sentier des douaniers.

Sentier au cap d'Antibes (France).
Borne du sentier littoral de la baie du Mont-Saint-Michel.
Promenade Le Corbusier au cap Martin longeant les grandes propriétés privées.

"Un sentier du littoral, parfois surnommé « sentier ou chemin des douaniers » ou encore chemin de ronde en France, est un espace de déambulation piétonnière en bordure du domaine maritime (mer ou océan). Généralement bien aménagés car à forte valeur touristique ajoutée, les sentiers littoraux permettaient souvent à l'origine d'assurer l'intégrité douanière du territoire, en réservant à l'État la gestion des frontières.

Le concept de sentier littoral est établi par la loi no 1285 du , qui reprend un usage napoléonien du Code civil français. Il s'agissait d'instaurer une servitude de trois mètres minimum en bordure de toute côte du domaine public maritime. Cela concernait notamment les zones où des aménagements (maisons, hôtels, embarcadères privés…) avaient bloqué le libre accès des citoyens au littoral. Le principe a par la suite été confirmé dans la loi Littoral de 1986 (ou Loi relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral).

La servitude de passage sur le littoral figure aux articles L 121-31 et suivants du code de l'Urbanisme.

Ces sentiers se destinent à la circulation des piétons exclusivement. Ils sont gérés et financés par la direction départementale de l'Équipement (art. R 121-28 du code de l'urbanisme). Les communes peuvent si elles le souhaitent participer financièrement aux frais exposés par l'État. Le Département peut également financer. L'État après enquête publique peut décider d'adapter leurs tracés et/ou de les suspendre, selon les obstacles ou les besoins locaux ( L 121-32 du code de l'urbanisme ). Lorsqu'il n'est pas possible de faire autrement, un sentier littoral peut traverser des propriétés privées (dont les occupants ont généralement réaménagé les bordures pour extraire le tracé du sentier hors d'une clôture ou d'une enceinte) : les éventuels dégâts n'ouvrent droit à aucune compensation financière. Cet état de fait peut faire penser que la Loi littoral a sur ce point un caractère rétroactif.

Les infractions commises par les propriétaires riverains au droit de passage des promeneurs sur le sentier du littoral sont constitutives d'une contravention de la 5e classe. Les infractions commises par les piétons sont quant à elles passibles d'une amende de la 4e classe .

Le Préfet est tenu de constater et poursuivre ces infractions devant la juridiction administrative sous réserve d'un motif d'intérêt général.

Le régime juridique des sentiers du littoral comporte de nombreuses similitudes avec celui de la servitude de marchepied concernant le domaine public fluvial. À noter toutefois une différence notable : alors que la servitude de marchepied n'impose pas d'enquête publique ni de décision préalable de l'administration pour être effective et opposable, la servitude de passage du littoral impose au contraire ce préalable, du moins dans les cas fréquents ou l'assiette de la servitude doit être déplacée en dehors de la zone des 3 mètres prévue par la loi.

De nombreux sentiers littoraux sont des sentiers de grande randonnée largement fréquentés, par exemple dans la Manche, dans le Finistère et dans le Var. Ces portions sont surveillées et entretenues par plusieurs corps : communes, associations de riverains, Fédération française de randonnée pédestre… Alors qu'en 2015, l'observatoire du littoral évalue à 4 600 km de sentier du littoral ouverts sur les rivages métropolitains et près de 1 400 à ouvrir à moyen terme, en 2019, ce sont environ 5 800 km linéaires de sentier du littoral qui sont ouverts sur l'ensemble des côtes françaises (métropole et outre-mer), dont 1 530 km au titre de la servitude de passage des piétons. Près de 1 220 km de nouveaux linéaires de sentier seront ouverts à court terme ou sont à l'étude, ce qui portera le linéaire total à 7 020 km."

"Autres points notables.

Certains sentiers littoraux sont submersibles, par exemple dans les baies ; d'autres sont régulièrement retracés pour cause d'érosion, par exemple lorsque des falaises s'effondrent ou qu'une dune recule". 

                                                                            ************

̄IL existe  une curiosité  sur notre commune à propos du GR 34 lors de sa mise en valeur  par l'ancien Maire Alfred Delpierre, au lendemain de la guerre 1914/18 il apparait que la servitude de passage en bordure de la mer n'ait pas été envisagée du coté de la  pointe rocheuse entre la grève noire et la grève de  l'Isnain, cela semble difficile aujourd'hui de remettre ceci  en cause, les procès sont interminables dans notre beau pays.

A la veille de connaitre  les choix de  notre maire sur quelles seront  les parties du GR 34 à reconstruire , à rénover , à rouvrir  à la déambulation piétonnière il semble que  l'option de ne rien faire du côté  de Fonteny soit privilégiée.

Autrement dît la  municipalité ferait une seconde exception sur une  partie du littoral où le chemin de ronde devient  inexistant.

Quand  on pratique le sentier des douaniers  du coté de la grève de la source il connait un curieux tracé en passant  par une sinistre  déviation ( un couloir ) qui le ramène sur la rue des Embruns à la hauteur du 17 (voir photo 1 ).

Ensuite depuis un certain temps au niveau du  11 ter de la rue des Embruns le retour au chemin des douaniers est barré (voir photo 2)  et c'est pareil du coté de la grève de Fonteny à proximité de l'estran la sortie ou l'entrée GR 34 est barrée ( photo 3).

La falaise entre ces deux barrières d'interdiction est là aussi  bien dégradée (voir photo 4)

Si comme il se dit l'effort financier pour remettre le GR 34 en état  se ferait  entre  le sémaphore et la  plage de la comtesse en sauvant  l'escalier  bien abimé qui conduit  à l'ile de la Comtesse par marée basse, l'étendu des travaux est important voire considérable.

Depuis sept années aucun travaux n' a été réellement  réalisé pour consolider la falaise  et pour  envisager  avec les riverains un nouveau  parcours du GR 34 on aperçoit alors de la  mer la mesure des  dégradations (voir photo 5 ) et surtout le temps a passé pour que la déambulation  redevienne sur toute la longueur du chemin de ronde Quinocéenne , normale  et sympathique  pour les amoureux de notre commune.

                        photo N°2 .                                                                          photo N° 1                                     
    
           Photo  N° 4                                                             Photo N°5  sous le sémaphore.
   

                          entrée ou sortie du GR 34 grève de fonteny photo N° 3   
JOUNENT  Michel.

vendredi 2 avril 2021

encore de l'argent gâché , le 2 avril 2021

BARRIERES ANTI-INTRUSION.

Installées en décembre  2020, on pouvait lire dans  le bulletin municipal N°83  le propos suivant à leurs sujets

"Dans le cadre du plan Vigipirate renforcé, et sur recommandation préfectorale, la ville a fait l’acquisition de 5 barrières anti-intrusion (15 600€). Ce dispositif spécifique répond au risque d’intrusion d’un véhicule bélier. 

Mises en place par les services techniques communaux à chaque entrée des marchés hebdomadaires, les barrières seront aussi utilisées pour sécuriser les différentes manifestations quinocéennes, en accord avec les nouvelles obligations légales".  

Ce matin autour de  midi  sur le  marché du vendredi  elles étaient négligemment déposées  pour ne pas servir  à grand chose  et cela dans l'indifférence des élus .

Ils attendaient sans doute les commandements  du  premier magistrat pour réagir. 

JOUNENT Michel.



jeudi 1 avril 2021

après la fameuse balade citoyenne, le 1 avril 2021

UN DRAME EN PUISSANCE.

Le sentier des douaniers est bien malade, la falaise s’écroule, la mer monte, la pluie est de la partie sans oublier les tempêtes bref pour entretenir ce qui est l’attrait de notre commune il faut chaque année engloutir des sommes pharamineuses.

Il se dit, on raconte, il bruisse que l’on envisage au plus haut niveau de la municipalité de modifier complétement son itinéraire.

Pour l'emprunter d’Etables à Tréveneuc on continuera à marcher quai Richet, quai de la République et puis les rues Bocuze, Président le Sénécal, Paul Déroulède, du Chatelet, de Dol un petit bout de la rue jeanne d’Arc, les boulevards  du général De Gaulle et celui du Littoral.

Bien sûr cet itinéraire  bis les piétons auront la priorité sur  les engins  auto-mobiles  comme les planches et les patinettes électriques ,comme les vélos et les motocycles , comme les voitures  et la balayeuse  municipale. 

Certes on ne verra pas d’aussi près la mer mais les finances locales se porteront mieux.

Un fléchage bien approprié sera dit-on mis en place pour orienter les marcheurs avant d’arriver à grève Saint Marc vers le nouveau centre Technique municipal , nouvelle attraction couteuse de notre commune.

JOUNENT Michel.


mercredi 31 mars 2021

Pour toujours mieux comprendre , le 31 mars 2021.

 DU DÉBAT NAIT LA LUMIÈRE.

Un autre regard sur les finances locales ( suite)

vous avez fait un excellent résumé comptable Monsieur Bruand, cependant permettez moi de ne pas être d’accord avec votre analyse :

Comparer notre commune avec la moyenne des communes françaises qui ont une population comparable est, pour moi, une erreur ; car si  effectivement notre population recensée est de 3100 habitants, on n’oublie trop souvent les résidents secondaires, qui pourtant sont des contribuables à part entière, même plus puisqu’ils continuent à payer leur taxe d’habitation..

C’est pour cette raison qu’il y a 2 manières de compter la population : celle du recensement et celle qui paie des impôts locaux, c’est à dire toutes les résidences, principales ou secondaires, c’est ce qu’on appelle la population « DGF » , celle qui est prise en compte par les services de l’État pour fixer le montant des dotations municipales ; pour Saint Quay Portrieux cette population « fiscale «  est de 5 200 habitants.. Votre chiffre : endettement/habitant devrait tenir compte de l’ensemble des contribuables ; les recettes fiscales de notre commune ( dotations impôts locaux) sont très largement supérieurs à ceux d’une commune de 3 100 habitants ..

Quand on est élu, on hérite des choix de nos prédécesseurs, il faut bien rembourser les emprunts qui ont été contractés par d’autres, c’est la règle, je l’ai connue en 1995, en 2008 et en 2014, tout cela n’est pas une surprise, que l’on soit d’accord ou pas avec les investissements qui ont été faits, il faut les assumer ; on ne peut pas mettre au débit de l’équipe qui arrive le montant des emprunts contractés par ses prédécesseurs.

L’endettement n’est pas une affaire de gestion mais bien de choix :

  • Fallait il construire un port en eaux profondes?( 2 200 000 euros) participation communale partie pêche, 135 000 euros/an pour la plaisance)
  •  Fallait il une aire de carénage ? 
  • Refaire le front de mer secteur casino ? Secteur du port ? 
  • Fallait il restaurer le cinéma ? etc ; vous avez le droit d’en douter mais je suis persuadé que les quinocéens sont fiers de leur commune, même si tous ces investissements pèsent encore aujourd’hui sur nos finances.

Vous êtes aujourd’hui dans la « minorité » municipale, je l’ai été juste avant vous, je ne pense pas que la gestion de Monsieur Simelière soit critiquable, reconnaissons objectivement que les évènements ne lui ont pas été favorables : forte diminution des dotations de l’État 2015-2019 ; puis la pandémie avec les conséquences sur nos recettes locales..

Mes critiques concernent ses choix personnels qui impacteront durablement notre commune :

La fin du Sud Goëlo et l’adhésion à Saint Brieuc agglomération,  le désintérêt pour le projet de la maintenance éolienne ( que nous avions remporté), je n’oublie pas les 1 400 000 euros offerts à l’agglomération en échange d’une station d’épuration que les utilisateurs quinocéens vont payer doublement..

On se doute bien que le budget 2021 sera très compliqué, on pourrait se poser la question sur la pertinence d’avoir engagé de tels travaux pour les services techniques, de prévoir 400 000 euros pour un 2ème court couvert de tennis ( 2022) , alors que l’immense majorité de la population réclame que son chemin des douaniers soit réouvert dans sa totalité , malheureusement cela ne semble pas être le choix…

Vous voyez Monsieur Bruand, ce n’est pas qu’une affaire comptable, mais c’est d’abord une affaire de choix, le principal c’est bien d’être en capacité de rembourser Non ???

 BREZELLEC Georges.

mardi 30 mars 2021

la démocratie , n'empêche pas le respect de la minorité du conseil municipal, le 29 mars 2021

UN AUTRE REGARD SUR LES FINANCES LOCALES 

par Bruand Gilles  colistier de la liste "Une ambition nouvelle pour Saint Quay Portrieux" menée en  2020 par Huc Hervé.

Cette parution sur "le Blog de Michel" participe à redonner  un peu de démocratie  et la connaissance du travail de la minorité lors du Conseil Municipal tenu à huis clos* du  9 mars 2021.

DE L’ENDETTEMENT DE LA COMMUNE DE SAINT QUAY PORTRIEUX.

A l’occasion de l’élaboration du budget (primitif) au titre de 2021 et du compte administratif 2020, il est temps de porter un regard attentif sur les comptes de notre commune. Depuis plus d’un an, je suis intervenu au sein de la liste d’opposition en ma qualité d'Expert-Comptable pour mettre en évidence les dangers d’un endettement toujours croissant de la commune de SAINT QUAY PORTRIEUX.

Ce qui a déjà été souligné par la liste menée par Hervé HUC lors des débats des élections de Mars 2020, reste hélas toujours d’actualité. Ce qui ressortait des analyses n’en devient que plus actuel et la tendance générale à un endettement toujours plus important ne fait que se confirmer.

Les éléments comptables présentés par le maire lors du Conseil Municipal du 8 mars 2021 confirment en effet que les finances de la ville se détériorent par un recours de plus en plus massif à l’endettement.

Ainsi l’encours de la dette au 31/12/2013 (date de fin la mandature du maire précédent, M. Dominique Blanc) est passé de 4 260 milliers € à 6 812 milliers € au 31/12/19. L’endettement au 31/12/21 devrait s’établir à 7 381 milliers € selon le budget primitif voté en mars 2021. L’augmentation de la dette est donc de + 74 % en 8 ans soit + 3 121 milliers €.

Ce sont des chiffres conséquents et si nous les rapportons à la dette par habitant, les chiffres parlent là encore d’eux-mêmes. En prenant les chiffres de l’endettement par habitant à des périodes identiques, l’encours de la dette au 31/12/2013 est passé de 1 278 € à 2 165 € au 31/12/19. L’endettement au 31/12/21 devrait s’établir à 2 345 € selon le budget primitif et une population constante à 3 147 habitants. L’augmentation de la dette par habitant est donc de + 83 % en 8 ans soit+1067€. L'augmentation de la dette individuelle est proportionnellement plus élevée que celle au niveau communal car la population de la ville a diminué entre 2013 et 2019 passant de 3 333 habitants à 3 147 (- 5.5%).

Ainsi, non seulement la dette globale augmente de manière très importante mais elle augmente encore plus pour chaque habitant de la commune, celle-ci étant moins peuplée.

Les communes équivalentes ont elles une démarche d’endettement aussi marquée que celle de Saint Quay Portrieux ? En d’autres termes, la politique d’investissement des communes de la strate à laquelle notre commune est comparée (communes entre 2 000 et 3 500 habitants) présente-t-elle des similitudes de comportement de dépenses publiques permettant de situer les décisions prises localement selon une « norme », des « dérives » ou des « habitudes » observables ailleurs ? Les chiffres là aussi sont éloquents : la moyenne d’endettement de la strate, en € et par habitant est passée au 31/12/2013 de 724 € à 703 € au 31/12/2019 (chiffres 2020 encore non disponibles).  Ainsi, pendant que notre commune voyait son endettement augmenter de + 74 % (+ 3 121 milliers €), les autres communes comparables se positionnaient dans une démarche prudente en stabilisant leurs dépenses, ne dépensant pas plus que ne le permettait leurs finances. Nous assistons même à une légère diminution de l’endettement des communes comparables (- 3%).

Ce que cela signifie pour le futur ? Quels sont les dangers de cette fuite en avant de l’endettement de notre commune ? Dans les grands équilibres fondamentaux, la gestion des finances d’une commune n’est pas si différente de celle d’un ménage ou de celle d’une entreprise privée. Il convient de ne pas s’endetter au-delà de ses moyens car cette situation aboutit notamment à une triple conséquence :

· Les ressources futures de la commune seront de plus en plus consommées par le remboursement de la dette. En terme clair, il faudra moins dépenser dans le futur (fonctionnement et investissement) pour être capable d’affecter des fonds toujours plus nombreux au remboursement de la dette en principal et au paiement des intérêts. A titre de comparaison, en 2013, le décaissement annuel était de 385 milliers € (charges financières + remboursement du capital). En 2021, le budget affecté aux mêmes dépenses s’élève à 694 milliers € soit une augmentation de + 80 % (+ 309 milliers € pour la seule année 2021),

· Des besoins futurs ne pourront être couverts sans avoir besoin à nouveau d’endetter la commune pour des projets nécessaires à sa bonne gestion ou à la conservation de son patrimoine,

· Enfin, les mauvaises habitudes liées aux dépenses perdurent et les décideurs publics en arrivent à engager les communes et autres collectivités locales dans une frénésie d’investissement en perdant de vue l’intérêt des citoyens alors même que ses ressources ne sont plus en phase avec les dépenses. Nous voyons à ce titre, que la situation ne s’améliore pas dans ce budget puisque l’endettement fait un nouveau bond en avant.

 

Il convient de rappeler ce que disait déjà la Chambre Régionale des Comptes en Aout 2015 à propos des comptes de la commune de Saint-Quay-Portrieux : « la commune ne pourra se dispenser d’une gestion rigoureuse lui assurant une maîtrise de ses dépenses, si elle souhaite maintenir un niveau suffisant de financement propre de ses investissements. »

Manifestement, alors que cinq ans se sont écoulés, le message de la Chambre Régionale des Comptes n'a pas encore été reçu ni suivi d'effet.

Gilles BRUAND.


Commentaire de JOUNENT Michel.
Lors du dernier conseil municipal ,le maire a indiqué que  les travaux du conseil municipal était enregistré en vidéo ; Où peut-on consulter cet enregistrement???
Commentaire de la Vigie  22410:
Comprenons-nous : le Maire a fait savoir que les travaux du Conseil Municipal étaient enregistrés en vidéo... mais a-t-il dit ou écrit que les Quinocéens y auraient accès ? Non, il a dit que les travaux faisaient l'objet d'une vidéo...Dès lors, on peut, sans doute, se poser la question de la teneur des débats enregistrés sur cette vidéo...