Pages

mardi 6 novembre 2012

la tête contre les murs 7/11/2012



Deux mois après l'élection municipale complémentaire,

LA MUNICIPLALITÉ VA DROIT DANS LE MUR !!!


Le maire, M Blanc n'accepte pas le verdict des urnes, il refuse avec une obstination qui dépasse l'entendement de donner à la majorité des élus (anciens + nouveaux) la moindre parcelle de participation aux affaires communales .
Cette attitude est suicidaire et elle aura des conséquences funestes pour notre commune.
Le court terme, l'avenir proche sont déjà largement dans le rouge.
Inutile de penser au futur, cette mandature sera marquée à tout jamais du sceau de la médiocrité
La démocratie, c'est l'expression du fait majoritaire et notre maire s'assoit sur ce principe.
Le législateur en donnant des pouvoirs exorbitants au maire, conseiller municipal élu par ses colistiers, a oublié de mettre en équation dans cette responsabilité "la nature humaine".
Depuis le 9 septembre, au soir d'un vote sans équivoque, le maire refuse de voir la réalité et d'écouter le conseil par exemple de son adjointe à la communication, celui de démissionner.
Quand on a plus de majorité pour appliquer une politique municipale, très rare sont les maires qui s'accrochent à leur fauteuil, pas de chance pour Saint Quay Portrieux le notre SI!!!
Même son ami, le président de Ciné St ké pourtant largement servi par M Blanc, a prôné dans une tribune libre parue dans la presse l'option de la démission.
Le maire a beaucoup perdu au cours du conseil municipal à huis clos, ses derniers soutiens par la force des choses aussi, mais l'étonnant c'est le bon accueil fait par M Blanc à la diminution sensible de ses responsabilités dans les instances extérieurs à l'Hôtel de ville.
A le voir ainsi détendu, on finit par croire qu'il songe déjà à la veille de l'hiver en l'absence de ses anciennes contraintes , à des séjours plus longs sur Paris d'autant que son DGS" le maire bis" est prêt à tout pour assumer cette confiance.
En somme la seule chose qui compte pour notre maire c'est de garder intact son pouvoir à rendre inutile la présence de six adjoints nouvellement élus ou réélus.
Ce soir encore malgré un accès difficile aux dossiers et à leur compréhension , les élus qui voulaient reprendre un point à l'ordre du jour mis en réflexion au cours de la première partie du conseil municipal, se sont faits envoyer aux pelotes d'une manière grossière.
Pour le maire il n'y a rien de plus jubilatoire que d'installer sa majorité dans l'impuissance de sa fonction.
La mauvaise publicité faite à la ville n'émeut pas notre maire, il n'entend rien , il ne voit rien et se garde bien d'écouter les Quinocéens
On parle d'un prochain conseil municipal courant décembre et ce seront encore des jours et des jours perdus pour remettre en route la municipalité.
Et dire que M Blanc nous expliquait en 2008 qu'il ne fallait pas avoir le goût de soi mais celui des autres.
Dans l'hypocrisie et la vanité , il est difficile de faire mieux.

JOUNENT Michel, adjoint à rien .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire